Comme on le sait, hier, lundi 13 février 2017, le syndicat de l’éducation a réussi à prouver qu’il est très au sérieux et que le pouvoir doit prendre ses revendications en compte pour mettre fin à la paralysie dans les écoles guinéennes !

Tout le pays ou presque n’a pas enregistré de cours pour les élèves. Particulièrement, dans la capitale guinéenne, notamment à Yimbanyah (commune de Matoto) et Bambéto (commune de Ratoma), il faisait très chaud…

Finalement, le gouvernement (à travers les trois ministres en charge de l’éducation) et la présidence de la République ont signé deux communiqués distincts, mais qui ont la même teneur : le président rencontrera les leaders syndicaux le mercredi, à son retour de Dubaï. En attendant, le pouvoir plaide pour le calme…

Seulement, dans le communiqué de la présidence de la République, signé du ministre d’Etat, ministre secrétaire général de la Présidence de la République, le très évoquant Naby Youssouf Kiridi Bangoura, porte deux dates totalement différentes : le 13 février 2017 (en-tête) et le 13 février 2013 (à la signature) ! Preuve, s’il en est, que le syndicat a vraiment paniqué le sommet de l’Etat guinéen.

A suivre !

Abdoulaye Oumou Sow pour Guineematin.com

 

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin