La journée de ce jeudi 23 février 2017 pourrait être déterminante à l’Assemblée Nationale avec l’examen des textes polémiques issus de l’accord politique inter guinéen d’octobre dernier. Avant le début « des hostilités », Guineematin.com a eu un entretien téléphonique avec Baïdy Aribot du groupe parlementaire l’Alliance Républicaine.

Pour le député de Kaloum, son groupe parlementaire maintient sa position de voter contre le point 2 de l’accord politique qui prévoit la  nomination des chefs de quartiers par les partis politiques au prorata des résultats des élections communales. « La position qu’on a défendu depuis le début, on continuera à la défendre. Maintenant, je pense que les gens veulent cacher leur changement de position. Je veux parler des partis majoritaires qui se disent officiellement opposés sur le plan politique mais qui s’associent quand il s’agit de violer la loi. Ils vont aujourd’hui certainement voter ensemble pour violer la loi. Il n’y a plus d’éthique politique pour parler de valeurs républicaines ou de tel est de l’opposition ou tel ne l’est pas. Chaque parti fonctionne maintenant dans ce pays, non pas selon l’éthique politique ou le positionnement politique. Mais, c’est selon les intérêts immédiats. Sur le terrain, il n’y a ni opposition ni mouvance. L’intérêt du moment déterminera la position de chacun ».

Par ailleurs, l’honorable Baïdy Aribot dit que si le litigieux point 2 est adopté par les députés, son groupe parlementaire n’aura d’autres choix que de saisir la Cour Constitutionnelle.

Propos recueillis par Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin