Aboubacar Sylla sur l’impunité : « l’opposition est obligée de demander aux Guinéens de sortir et marcher »

L’assemblée générale hebdomadaire de l’Union des Forces du Changement (UFC) s’est tenue ce samedi 4 mars 2017 à son siège national sis à Taouyah, dans la commune de Ratoma. La séance qui a connu la participation de plusieurs militants et sympathisants, était pilotée par le président du parti monsieur Aboubacar Sylla, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Dans sa communication, l’honorable Aboubacar Sylla a rappelé à ses militants que les guinéens sont dans un pays qui est toujours mal gouverné. Et, dit-t-il, cela a pour conséquences la misère généralisée, le chômage, l’injustice, l’insalubrité, la corruption, l’inégalité sociale, le laisser aller, etc.

« Tous ces maux font que la Guinée est l’un des derniers pays de la planète. Chaque fois qu’il y a un classement des pays soit du fait de la corruption, soit de la misère, ou de l’indice de développement humain, la Guinée est toujours parmi les dix pays les plus pauvres de la planète. Parfois même on n’est avant dernier. Dans certains classements, nous dépassons parfois 5 pays. Et la plupart du temps c’est les pays en guerres ou les pays qui ont connu des calamités graves comme des tremblements de terres, des séismes. Donc, il n’y a pas de raison que nous nous croisions les bras et que nous laissions le pays s’effondrer », a-t-il averti ses militants.

Après avoir dressé ces différents tares, Aboubacar Sylla a dit à ses militants que l’’opposition républicaine compte manifester contre l’impunité. « Nous avons dit que nous n’allons pas continuer à manifester que pour des élections, que pour des fichiers électoraux, que pour la CENI. Quand les gens souffrent, le guinéens n’en peuvent plus, il faut que l’opposition, prenne ses responsabilités, parce que la société civile qui devrait jouer ce rôle, n’arrive même pas, malheureusement à organiser un forum civil tellement il y a désunion, de division, d’adversité entre eux. Donc, c’est ce qui fait que l’opposition républicaine est obligée de prendre ses responsabilités en demandant aux guinéens de sortir et marcher contre l’impunité », a-t-il lancé.

Il a rappelé que depuis l’arrivée du professeur Alpha Condé est au pouvoir, il y a eu 82 personnes tuées au cours des manifestations politiques. «74 victimes des manifestations politiques et 8 pour les manifestations sociales. Sans parler de ceux qui sont tués un à un à l’intérieur du pays », a mentionné le porte-parole de l’opposition et président de l’UFC.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 664 413 227/654 416 922

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS