Ces derniers temps, le principal parti de l’opposition guinéenne enregistre de multiples adhésions. La dernière adhésion en date est celle où l’UFDG a encore « pêché un gros poisson » des rangs de l’UPR, en décrochant l’ancien vice maire de la commune de Ratoma, Thierno Abdoulaye Bah.

Pour comprendre les raisons de sa défection de l’UPR et de son choix de l’UFDG, Guineematin.com a rencontré monsieur Bah.

Voici l’intégralité de notre entretien avec l’ancien membre du comité exécutif de l’Union pour le Progrès et le Renouveau (UPR).

Guineematin.com : Vous étiez de l’UPR ; et, aujourd’hui, vous adhérez à l’UFDG. Expliquez-nous ce qui s’est passé ?

Thierno Abdoulaye Bah : Je vous rappelle que je suis en politique depuis 1989. Nous avons été des enfants de monsieur Bâ Mamadou, de Siradio Diallo et tout récemment de monsieur Bah Ousmane. Nous avons suivi l’évolution politique de notre pays. A l’arrivée du Professeur Alpha Condé au pouvoir, personnellement, je pensais qu’il allait incarner le changement. Malheureusement, au fil du temps, nous comprenons que l’UFDG est l’un des partis qui soutiennent l’idéal. Un parti qui veut qu’on apporte un changement ; et, c’est ce qui m’a poussé à venir adhérer à ce parti. Depuis l’avènement de cette République, nous avons suivi et vu beaucoup de choses. Aujourd’hui, nous avons constaté que c’est avec l’UFDG qu’on peut apporter le changement.

Guineematin.com : Dites-nous concrètement ce que vous comptez apporter à l’UFDG ?

Thierno Abdoulaye Bah : Vous savez que l’UFDG est aujourd’hui un grand parti. Ce que je pourrais apporter, c’est ma petite contribution. J’ai au moins une famille derrière moi. Si minime soit-elle. J’estime que ma présence à l’UFDG pourrait aussi envoyer d’autres personnes qui ont eu confiance en moi. Les personnes avec les quelles j’ai évolué pendant tout ce temps. Non seulement à l’UPR, mais aussi les amis qui m’ont toujours soutenu, quelque soit le bord politique auquel j’ai appartenu. Je pense que ceux-ci sont prêts à venir travailler avec moi au compte de l’UFDG pour apporter notre contribution.

Guineematin.com : Est-ce que vous avez notifié votre démission à votre ancien parti ?

Thierno Abdoulaye Bah : Bien sûr ! Je ne suis pas un clandestin. Je ne peux pas quitter l’UPR pour venir à l’UFDG clandestinement. J’ai rencontré le premier responsable du parti, Bah Ousmane, pour lui signifier ma volonté d’appartenir désormais à l’UFDG.

Guineematin.com : Quelle a été sa réaction ?

Thierno Abdoulaye Bah : C’est la réaction de tout politicien normal qui n’aimerait pas se séparer avec même un simple militant, à plus forte raison un responsable politique. Son souhait ne serait pas que je vienne à l’UFDG. Il aimerait bien que je reste avec lui à l’UPR pour qu’on puisse continuer à travailler ensemble.

Guineematin.com : certains disent que l’UFDG finance de l’argent pour décrocher les militants et responsables des autres partis politiques. Est-ce que c’est votre cas ?

Thierno Abdoulaye Bah : Je ne pense pas qu’on puisse m’acheter. Je ne suis pas une marchandise. Sans me venter, j’estime avoir le minimum pour décider de mes choix. Je ne pense pas que ça soit de l’argent qui a envoyé tout ce monde à l’UFDG. Aller à une élection et avoir 44% au premier tour, je me demande qui pourrait acheter tout ce beau monde.

Guineematin.com : Comme vous venez de le dire, l’UFDG est ce parti qui a beaucoup de monde. Dites-nous comment vous avez été accueilli dans ce parti ?

Thierno Abdoulaye Bah : Franchement, ça été une très grande surprise pour moi parce que j’ai retrouvé au sein de ce parti des amis de l’UNR, du PRP et de l’UPR. Ce sont des gens avec lesquels j’ai passé beaucoup de temps. Je viens de dire que ça fait 22 ans que je fais de la politique. Je me suis fait beaucoup d’amis que j’ai retrouvés ici à l’UFDG. Ils ont été contents de me voir à la réunion du comité exécutif. Sur ça, je ne peux pas faire de commentaire. Je préfère que vous interviewiez les gens qui sont là, peut-être ils vous diront quelque chose…

Guineematin.com : Vous ne vous sentez pas pris comme un nouvel arrivant au sein de l’UFDG ?

Thierno Abdoulaye Bah : Pour le moment, non. La première prise de contact avec le président du parti, Elhadj Cellou, il y avait eu beaucoup de personnes qui ont témoigné devant lui sur ce que je pourrais apporter. La personne que je représente ; car, ils m’ont vu dans les partis précédents. Déjà, c’est une fierté pour moi d’arriver dans un milieu pour la première fois et avoir des témoignages assez intéressants. En plus, quand je suis arrivé au niveau du comité exécutif, j’ai rencontré aussi des promotionnaires. Je prendrais l’exemple sur honorable Mariame Taata Bah de Labé qui été ma commissaire de classe à l’université. Elle a parlé de moi. Donc, pour moi, je ne suis pas un étranger à l’UFDG. Je suis en famille. J’ai quitté des amis pour retrouver encore des amis.

Guineematin.com : A l’UFDG, on dit très souvent que la décision est prise au sommet, notamment par le président Cellou Dalein Diallo. Vous avez participé déjà à une première rencontre, est-ce que vous avez senti cela vous aussi ?

Thierno Abdoulaye Bah : Quand je suis arrivé, le président Cellou était en déplacement. Mais, je ne pense pas qu’avec tous les cadres que j’ai connus à l’UFDG que ça soit seulement le président Cellou qui décide. Ça serait paradoxal qu’il n’y ait pas des gens qui puissent lui dire, quand c’est noir, c’est noir ou quand c’est blanc c’est blanc. Je ne pense pas que tous ces gens ne soient que des béni-oui-oui.

Guineematin.com : Merci monsieur Bah

Thierno Abdoulaye Bah : Merci à vous.

Interview réalisée et décryptée par Mamadou Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin