Salifou Camara, super V, ancien président de la Féguifoot

Salifou Camara, super V

Le dossier de l’ancien président de la Fédération Guinéenne de Football et de trois de ses anciens collaborateurs, a été appelé ce mardi 31 juillet 2018 au TPI de Kaloum. Salifou Camara, plus connu sous le nom de Super V, Ibrahima ‘’Blasco’’ Barry, Aboubacar Morton Soumah et Aly Camara sont poursuivis pour abus de confiance et atteinte à l’image d’autrui au préjudice de l’instance dirigeante du football guinéen, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

C’est une affaire qui avait défrayé la chronique à un moment donné. Tan disque Super V avait réussi à quitter le territoire national, Ibrahima Blasco Barry, ancien secrétaire général de la Féguifoot avait été mis sous mandat de dépôt à la maison centrale pour une histoire de gros sous.

Pour la journée de ce mardi, après une discussion sur la levée ou non de la levée du mandat d’arrêt contre Super V, le juge Mohamed Chérif Sow a renvoyé l’affaire au 12 septembre 2018, au retour des vacances judiciaires.

Au sortir de l’audience, l’avocat de la Fédération Guinéenne de Football, maître Sékou Koundiano est revenu ce qui s’est passé pendant l’audience, notamment la demande de la levée du mandat d’arrêt de Super V. « La demande des avocats de la défense a été confortée par le parquet et nous, nous nous sommes opposés pour la simple raison de l’application de la loi dans sa rigueur et le principe de légalité devant la justice car, ils sont tous des citoyens guinéens soumis à la loi guinéenne. Donc, celui qui se soustrait volontairement à la loi se doit de subir les affres du mandat d’arrêt », a-t-il estimé.

Me Sékou Koundiano, avocat de la Féguifoot dans le dossier contre Super v

Me Sékou Koundiano

Plus loin, maître Koundiano va préciser que jusqu’à date, le mandat d’arrêt est maintenu et que Salifou Camara ‘’Super V’’ fera l’objet de recherche normale de la part de l’Interpol et il sera arrêté.

Sur les risques encourus par les prévenus, l’avocat de la Féguifoot dira ne pas avoir pas la prétention de se substituer au juge. Mais, qu’en la matière, c’est un délit qui concerne un détournement de fonds au préjudice de la fédération guinéenne de football. C’est pourquoi il souhaite le remboursement des montants détournés. « Le délit est condamné par une peine de 5 ans au maximum. Dans ce cas de figure, la partie civile n’a pas l’intention de plaider la peine ; mais, plutôt le remboursement ou la réparation du préjudice subi, notamment le détournement qui a été opéré pour que la fédération puisse rentrer en possession de son dû. C’est ça notre préoccupation fondamentale », a-t-il précisé.

Du côté des prévenus, seuls Ibrahima Blasco Barry et Aboubacar Morton Soumah étaient présents à l’audience.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin