L’actualité sociopolitique continue d’être polarisée par l’annonce de l’ouverture de la campagne électorale pour les législatives du 16 février 2020. Les partis représentatifs de l’opposition boycottent le scrutin et comptent empêcher sa tenue. L’assemblée générale du Mouvement Démocratique Libéral (MoDeL), tenue hier samedi, 18 janvier 2020, a été consacrée essentiellement à cette actualité. Les responsables du MoDeL dénoncent les agissements de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

La séance a été conduite par Mamadou Lamarana Bah, vice-président du MoDeL, entouré de ses collaborateurs et de nombreux militants.

Parlant de l’actualité sociopolitique, c’est Mamadou Kenda Sow, le secrétaire général du MoDeL, qui est revenu sur le processus électoral qu’il qualifie de biaisé. « Nous restons sur la même ligne. Pour nous, c’est encore une fuite en avant de plus, d’autant plus que le processus est biaisé sur toute sa longueur. Vous n’êtes pas sans savoir que la CENI est dans une illégalité totale par rapport au fichier, par rapport à l’enrôlement, par rapport à tout ce qui concerne l’organisation de cette élection. Alors, quand vous regardez dans le fond, les délais légaux n’ont jamais été respectés par rapport à la convocation du corps électoral et par rapport à la fixation du délai de l’élection. Le Président ne fait que cautionner ce que veut la CENI en allant dans cette fuite en avant. Il a convoqué bien entendu un corps, son corps électoral que nous ne reconnaissons pas. Ce n’est que le programme de Salif Kébé (président de la CENI, ndlr) et de Monsieur Alpha Condé. Ça ne nous engage en rien. Pour nous, c’est juste une façon d’amuser la galerie ».

Par ailleurs, Mamadou Kenda Sow s’est dit solidaire de la requête formulée par l’Opposition qui a saisi la Cour Constitutionnelle contre les « agissements de la CENI. « Quand vous regardez dans le code électoral, une fois que le délai d’un dépôt de dossier de candidature est atteint, aucun parti ne peut déposer de candidature. Alors, ça veut dire qu’à parti du moment où le MoDeL a estimé que le processus est biaisé, bien entendu en accord avec l’opposition politique, on ne peut pas aller à ces élections. Au sortir de la réunion de l’opposition politique hier, on nous a fait parvenir la requête qui est déjà formulée et qui doit être déposée au niveau de la cour constitutionnelle. Quand vous fouillez dans cette requête, il est établi avec des preuves que la CENI est en train de jouer avec l’avenir de plus de 12 millions de guinéens. Nous sommes solidaires avec les décisions que prend l’opposition politique. Et puis dans les prochains jours, vous serez largement édifiés sur ce que l’opposition va entreprendre comme disposition ».

Pour finir, le secrétaire général du MoDeL a invité la Cour Constitutionnelle à dire le Droit, en invalidant la date du 16 février 2020. « Nous sommes des légalistes. C’est vrai qu’il y a beaucoup de couac dans l’appareil judiciaire mais, nous estimons que pour une fois la cour constitutionnelle va oser lire le droit. Parce que les arguments sont pertinents, clairs. La violation du droit, elle est avérée et je pense que la cour constitutionnelle n’aura de choix que de nous rétablir dans notre droit, en donc invalidant cette date du 16 février ».

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel : +224 622 07 93 59

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin