Les autorités peinent à rétablir l’ordre à Dalaba, une ville en ébullition depuis le mardi dernier, 21 janvier 2020. Après le départ des policiers et gendarmes qui étaient basés dans la ville, des renforts venus d’ailleurs sont arrivés dans la commune urbaine. Mais, ces derniers aussi ont dû s’enfuir face à la résistance des manifestants, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

Jusque-là, les manifestants pro FNDC ont réussi à prendre le dessus sur les forces de l’ordre dans cette ville de la Moyenne Guinée. Ils ont commencé par s’attaquer au commissariat de police et à la prison civile de la ville, le mardi 21 janvier 2020. Après avoir chassé les agents de sécurité, les manifestants ont saccagé ces deux endroits, libéré les détenus et emportés tous les biens qui s’y trouvaient.

Ils ont poursuivi les violences ce mercredi, 22 janvier, en s’en prenant à la brigade de gendarmerie de la ville et au siège de la préfecture. A la gendarmerie, dès que les agents ont aperçu la foule venir vers eux, ils sont montés dans leur véhicule et ont pris la poudre d’escampette. Les manifestants ont libéré les détenus qui étaient là également et ont pillé complètement les lieux. Des denrées alimentaires, des armes et d’autres biens ont été emportés.

A la préfecture, les manifestants n’ont trouvé aucun travailleur ni même un agent de sécurité. Selon certaines informations, le préfet, lui-même natif de Dalaba, aurait fui pour aller se réfugier à Mamou. Après avoir cassé les vitres du bloc administratif, les protestataires sont entrés pour prendre tous les biens qui se trouvaient à l’intérieur. Des motos, des meubles de bureaux, des chaises entre autres, ont été emportés par les manifestants.

Après ces dernières attaques, des agents de la police et de la gendarmerie, venus de Pita notamment, sont arrivés dans la ville. Mais, ces derniers se sont heurtés également à la détermination des manifestants. Après un long affrontement entre les deux parties, les agents ont fui pour quitter précipitamment la ville. Après leur départ, la foule qui était dans la rue a crié victoire, avant de poursuivre la série de violences.

La direction préfectorale de l’urbanisme et de l’habitat, et l’agence locale du Crédit rural ont été également saccagées et pillées par les manifestants.

A suivre !

De Dalaba, Hammady Sow pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin