Les fidèles chrétiens ont célébré la fête des Rameaux le dimanche dernier, 05 avril 2020, dans une atmosphère particulière, marquée par l’état d’urgence décrété récemment pour cause de coronavirus. Avec la fermeture des lieux de culte, les chrétiens ont été obligés de célébrer cette fête en famille, dans la sobriété. C’est le cas au quartier Ansoumanya Plateau, dans la préfecture de Dubréka, où les fidèles ont regretté la situation qui prévaut actuellement et prier pour que le Covid-19 soit vaincu dans un bref délai, a appris sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Suite à l’état d’urgence sanitaire décrété pour freiner la propagation du Covid-19, les lieux de culte, mosquées et églises notamment, sont aujourd’hui fermés en Guinée. C’est dans cette situation inédite que le dimanche des Rameaux, marquant le retour de Jésus Christ à Jérusalem, a été célébrée dans la plus grande simplicité.

Le quartier Ansoumanya Plateau, dans la préfecture de Dubréka, n’a pas échappé à cette règle. Des citoyens de la localité, interrogés par notre reporter, ont expliqué comment ils ont célébré dimanche des rameaux qui se célèbre six jours avant la Pâque juive.

George Pivi, diplômé sans emploi

George Pivi, diplômé sans emploi : « c’est vrai que cette décision sur l’état d’urgence du président Alpha Condé ne nous enchante pas dans la mesure où elle ne nous a permis pas cette année, nous chrétiens de Guinée, de célébrer cette importante fête des Rameaux en communauté dans nos églises. Mais, il faut comprendre que d’une part, cette mesure restrictive de fermer les lieux de cultes est une bonne décision, en ce sens qu’elle lutte contre la propagation de ce virus dangereux dans notre pays. Par ailleurs, dans ma famille, nous avons célébré cette fête des Rameaux dans la prière ».

François Kolié, étudiant

François Kolié, étudiant en Sciences Juridiques à l’Université Générale Lansana Conté de Sonfonia : « je pense que cette mesure restrictive prise par le gouvernement pour fermer les lieux de cultes est une bonne manière de lutter contre le coronavirus dans le pays. Donc, nous avons célébré cette année la fête des Rameaux en prière et dans la joie à domicile. Mais aussi, notre paroisse a pu diffuser pour nous des prières sur les réseaux sociaux, notamment sur sa page Facebook. Cela nous a aussi réconfortés. Prions le bon Dieu que ce virus soit bouter hors de notre pays ».

David Goumou, élève en classe de 12ème année

David Goumou, élève en classe de 12ème année : « il faut comprendre que la décision du président ne nous enchante pas ; mais, nous sommes obligés de nous soumettre à ça malgré qu’elle ne nous a pas permis de fêter convenablement cette importante célébration chrétienne qui marque le retour de Jésus Christ crucifié sur la croix parmi les vivants. Pour célébrer cette fête des Rameaux, nous avons prié en famille dans la joie et nous nous sommes partagés des repas copieux pour marquer la résurrection de notre seigneur Jésus-Christ ».

Il fait rappeler que « six jours avant la fête de la Pâque juive, Jésus vient à Jérusalem. La foule l’acclame lors de son entrée dans la ville. Elle a tapissé le sol de manteaux et de rameaux verts, formant comme un chemin royal en son honneur. C’est en mémoire de ce jour que les catholiques portent des rameaux (de buis, d’olivier, de laurier ou de palmier, selon les régions). Ces rameaux, une fois bénis, sont tenus en main par les fidèles qui se mettent en marche, en procession : marche vers Pâques du peuple de Dieu à la suite du Christ… ».

Léon Kolié pour Guineematin.com

Tel: 661 74 99 64

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin