Martial MEYANGUE, gardien de but du Soumba FC de Dubréka

La pandémie du Covid-19 a d’énormes conséquences dans le monde du sport professionnel. En Guinée, depuis la suspension de toutes les activités sportives, y compris le championnat de football, les joueurs font face à des difficultés financières et de forme physique. Tel est le cas du gardien de but Camerounais du Soumba FC de Dubréka, Martial MEYANGUE. Dans un entretien accordé à un reporter de Guineematin.com hier, lundi 27 avril 2020, à son domicile à Kiroti dans la commune de Ratoma, ce footballeur professionnel évoluant en ligue 2 a parlé de ses conditions de vie à cette période de crise sanitaire.

Le championnat national de Ligue 1 et 2 et celui amateur sont à l’arrêt depuis plus d’un mois suite à la découverte du coronavirus en Guinée. Toute chose qui joue négativement sur les clubs de football mais aussi sur les joueurs, sevrés de leur jeu favori et englués dans des difficultés financières.

Selon Martial MEYANGUE, la grande majorité des joueurs du Soumba FC de Dubréka n’ont pas une situation financière facile en ce moment. « J’avoue que les difficultés sont multiples. Il y a d’abord les difficultés liées à la profession. Nous ne pouvons pas jouer, nous ne pouvons pas nous entrainer. Parce que cette pandémie est très contagieuse. Nous les joueurs, si on ne fait pas attention, nous serons les plus touchés. En ce moment, c’est la santé avant tout. Sur le plan financier, tous les clubs n’ont pas la même gestion de leur budget ; donc, c’est très compliqué sur ce point-là. Financièrement, moi je dis juste ce qui se passe. Je pense que nous avons tous besoin d’être accompagnés. Nous sommes plusieurs, il n’y a pas que mes amis. Il y a d’autres clubs qui sont concernés par ce problème. On espère que la ligue fera un geste par rapport à ça », espère-t-il.

Toutefois, le club dans lequel il évolue ne les a pas oubliés, notamment les étrangers qui vivent loin de leurs pays. «Il y a des mesures prises par le club pour nous accompagner nous les étrangers. Nous avons un petit soutien en tant qu’étranger. Le club essaye de nous mettre un petit fonds pour nous aider à traverser cette période », précise-t-il.

Pour garder la forme jusqu’à la reprise du championnat, le gardien de but du club de Dubréka procède à des entrainements individuels. « Il faut avoir un mental très fort parce qu’il n’y a pas d’entrainement collectif. Tu es obligé de te lever toi seul, de faire ton entrainement individuel et là, il faut être professionnel. Parce que le professionnalisme n’est pas seulement l’argent ; mais, c’est l’état d’esprit. Tu dois mettre dans la tête que tu as des exercices à faire pour garder ton corps pour qu’à la reprise tu ne sois pas trop surpris de l’intensité de l’entrainement », a-t-il laissé entendre.

Martial MEYANGUE, gardien de but du Soumba FC de Dubréka

Malgré toutes ces difficultés, Martial MEYANGUE ne compte pas baisser les bras, il garde toujours espoir et profite de l’occasion pour exposer ses objectifs pour son club. « Nous avons choisi un métier. Il y a des hauts et des bas. Mais tout d’abord, c’est des objectifs qu’on s’est fixé cette année. C’est qu’il faut que le Soumba reprenne ses lettres noblesses pour que le président puisse avoir cette force d’investir de plus et de mieux s’occuper de ses joueurs. Mais, il faudrait que nous les joueurs nous soyons conscients. Nous nous fixons notre propre objectif personnel et que nous puissions mettre l’équipe là où elle doit être. »

Pour finir, Martial MEYANGUE lance un appel aux Guinéens, les invitant au respect des barrières sanitaires. « Mon message à la population guinéenne, c’est d’avoir foi aux autorités parce que cette pandémie touche tout le monde ; c’est de respecter les mesures barrières promulguées par les instances compétentes, de rester chez soi. La santé compte avant tout ».

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel : 00224 622 07 93 59 § 666 87 73 97

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin