Un tas d’immondices rend difficile la circulation au quartier Simbaya-Gare, sur la route le Prince, précisément entre le pont de fer et le marché à bétail, dans la commune de Ratoma. Déversées sur les lieux par des citoyens, ces ordures constituent un réel danger aussi bien pour les riverains que pour les usagers de la route. Interrogés par un reporter de Guineematin.com dans la journée d’hier jeudi, 30 avril 2020, riverains et responsables du quartier ne savent plus quoi faire pour débarrasser les lieux de ces ordures et empêcher la continuation de ces actes inciviques.

Les automobilistes qui traversent cette zone sont obligés de passer les uns après les autres à cause du tas d’ordures entassé aussi bien aux abords de la route Le Prince que sur la chaussée.

Mamadou Diallo, habitant du quartier et fondeur d’aluminium

Mamadou Diallo, habitant du quartier et fondeur d’aluminium, a son atelier en face de ce tas d’ordures. « Ces ordures nous fatiguent ici. On respire beaucoup d’odeurs nauséabondes. A cause de ces ordures, il y a eu beaucoup d’accidents qui se sont passés ici. Il y a eu des cas morts. Il n’y a pas une semaine qui passe sans qu’on assiste à 2 ou 3 accidents ici. Pour des accidents mortels c’est de temps en temps. Pourtant des fois ils mettent du feu et la fumée nous empêche de travailler et nous créée des problèmes. Nous savons tous que les ordures ne sont pas faites pour vivre avec nous. Mais, comme on n’a pas le choix et nous n’avons pas d’autres endroits où travailler, nous sommes obligés de rester ici et sentir cette odeur » se lamente-t-il.

Karamoko Sylla, riverain et menuisier et de profession

Selon nos informations, ce tas d’ordures empêche la circulation sur cette route depuis quatre mois et les populations ne savent pas à quel saint se vouer. Karamoko Sylla, riverain et menuisier et de profession, explique de son côté les difficultés auxquelles il est confronté. « C’est ici que mon atelier se trouve. Nous n’avons aucune possibilité pour faire dégager les ordures ici. Avant, les ordures ne passaient pas une seule semaine ici, mais on ne sait ce qui ne vas pas. Mais actuellement, les ordures sont restées là, il y a des mois que personne ne vient pour les prendre. A chaque fois des accidents se passent ici. Moi je lance un appel au président de la République et à son Premier ministre : ici, n’est pas un endroit où on doit mettre les ordures. Je demande qu’ils nous aident à enlever ces ordures. Nous nous n’avons aucun moyen pour les enlever. Notre santé est menacée et nous sommes en période de coronavirus. C’est grave si un gouvernement ne peut pas gérer les ordures. On souffre beaucoup. Le dépotoir d’ordures de Cosa est fermé. C’est ici que les populations de Cosa viennent mettre les ordures. On demande juste aux autorités de nous aider ».

Sylla Yaya, Secrétaire du bureau du Conseil de quartier de Simbaya

Interrogé sur cette situation, Sylla Yaya, Secrétaire du bureau du Conseil de quartier de Simbaya, dit avoir mené quelques actions en mobilisant les gens pour le ramassage des ordures. « Nous sommes au courant de ce problème. Les problèmes que nous avons ici, nous remontons les informations au niveau supérieur. Mais, le problème est que la commune ne s’en charge pas. Toutefois, on mobilisait les jeunes pour aller dégager les tas d’ordures. Ce jour on était au nombre de 15 personnes. On a rassemblé ces ordures, ils nous ont envoyés des camions pour les transporter. Mais depuis ce jour, cela fait 4 à 5 mois rien n’est fait. Mais chez nous ici, toutes les contrées de Simbaya viennent déposer les ordures. Il y a 11 secteurs ici et presque la majorité vient déposer les ordures ici. Depuis, ce tas est là et empêche la circulation. On n’a pas fait d’écrit, mais le chef du quartier est au courant. C’est lui qui mobilise les jeunes pour dégager les ordures pour que les véhicules passent. Il faut reconnaître que ça représente un gros danger pour nous. Récemment, il y a eu un cas d’accident, mais heureusement il n’y pas eu de mort. C’est un camion-citerne et une voiture qui sont rentrés en collision. Je demande au gouvernement de nous venir en aide. Nous voulons qu’à chaque une semaine qu’ils viennent dégager les ordures ici. »

Mohamed DORE pour Guineematin.com

Tel : +224 622 07 93 59 § 666 87 73 97

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin