La police communale de Kindia a fait parler d’elle dans le mauvais sens à Kindia ce mardi, 5 mai 2020. Une dispute entre un agent et une vendeuse de boucle d’oreilles a failli tourner au drame. Un agent de la garde communale n’a pas trouvé mieux que d’asséner un violent coup de tête à une dame. M’Mahawa Soumah, c’est sont nom, s’est évanouie sur le champ, provoquant la colère des femmes vendeuses qui ont voulu en finir avec la police communale, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

Selon nos informations, l’accrochage a eu lieu au centre-ville, sur l’artère principale, communément appelée Sens Interdit, où M’Mahawa Soumah, vendeuse de boucle d’oreilles, a reçu un violent coup de tête de la part d’un agent de la police communale. Elle a été conduite à l’hôpital régional où elle suit un traitement.

Interrogée sur son lit de malade et sous perfusion, la victime a expliqué ce qui s’est passé. « Je descendais, les boucles d’oreilles en main, une dame m’a appelé. Je lui ai dit de descendre un peu car les policiers n’acceptent pas qu’on revende sur la route. C’est ainsi qu’un policier a réagi. Il est venu me tirer le plateau. Il m’a dit de laisser, je lui ai dit non. Une dame qui était auprès de nous m’a dit de laisser le plateau dans sa main pour ne pas qu’il me blesse. C’est ainsi que j’ai laissé le plateau. Mais malgré tout, il a fait tomber mes boucles d’oreilles. Comme il partait au bureau, je me suis précipitée pour connaitre la suite. Comme je courais après lui, il m’adonné un coup de tête et je suis tombée. C’est à l’hôpital que je me suis retrouvée ».

Pour sa part, Fodé Momo Sylla, alias SAMBAYA, commandant de la police communale de Kindia, s’est contenté de dénoncer l’attitude des femmes vendeuses sur la chaussée. « Ce n’est pas facile de gérer le marché de Kindia. Ce que les femmes nous font ici est mal. Elles viennent s’arrêter sur la route pour vendre, quand tu leur dis de quitter, elles refusent. Tu viens pour prendre leurs colis, elles se lèvent contre toi. Tu tiens le plateau, elle le tient aussi en refusant d’aller au bureau. Elles ne nous accordent aucun respect. Pourtant, la route c’est pour les voitures, les motos et non les piétons à plus forte raison ces vendeuses. Aujourd’hui, elles se sont levées pour nous tuer, soi-disant qu’on a tué quelqu’un. Tout cela, c’est pour saboter nos actions et celles de la commune », martèle Fodé Momo Sylla

La vie de M’Mahawa Soumah est hors de danger, selon les médecins.

Mohamed M’bemba Condé pour Guineematin.com

Tél. : 628 51 88 88

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin