De plus en plus, les Guinéens montrent étouffés par les mesures sanitaires, notamment l’état d’urgence dont les effets pervers menacent le pays plus gravement que le coronavirus. Si à Coyah, Dubréka et Kamsar, ce sont les barrages, les masques et la fermeture des mosquées qui sont dénoncés, dans la commune rurale de Timbi-Madina (préfecture de Pita), c’est la filière pomme de terre qui est menacée.

Selon le président du Groupe Organisé des Hommes d’Affaires de Guinée, Chérif Mohamed Abdallah, « Aujourd’hui à Timbi-Madina dans la préfecture de Pita, plus de 5000 tonnes de pommes de terre sont stockées sans acheteur, à cause de l’état d’urgence sanitaire décrété par le gouvernement ». Et, ce n’est pas tout ! « Des milliers de tonnes sont en attente d’être récoltées. Si rien n’est fait par le gouvernement, les groupements agricoles de cette sous-préfecture seront tous en faillite », a indiqué le président du GOHA.

Face à ce risque, Cherif Mohamed Abdallah estime que le Gouvernement guinéen doit agir sans attendre. La solution proposée par le GOHA, c’est de « racheter cette pomme de terre de qualité et à bon marché pour sauver cette filière qui a été construite avec 30 années d’effort et d’investissement. Le gouvernement pourrait même distribuer cette pomme de terre à la population Guinéenne qui a du mal à joindre les deux bouts. Il faut tout faire pour sauver cette filière », conseille-t-il, tout en rappelant que cette question « n’est pas de la politique. C’est la sécurité alimentaire qui est menacée dans notre pays ».

Le gouvernement du président Alpha Condé prêtera-t-il une oreille attentive à cet appel du GOHA ?

Attendons de voir !

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin