Modi Amadou Bentè Diallo, maire de la commune rurale de Diountou

Les autorités communales de Dioutou, dans la préfecture de Lélouma, relevant de la Région Administrative (RA) de Labé viennent de prendre une importante décision relative à l’interdiction formelle aux ressortissants de la collectivité de se rendre dans leurs villages natals sous-prétexte de célébrer la fête de l’Aïd-El-Fitr à côté des parents, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

L’initiative s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des mesures de l’Etat d’urgence sanitaire décrété en Guinée en vue de stopper la propagation de la pandémie du coronavirus (Covid-19) dans le pays. Elle a été prise à l’occasion d’une session extraordinaire du conseil communal de Diountou élargie aux 9 chefs de districts de la collectivité, aux acteurs de la société civile et aux notables.

« Nous venons de prendre de cette décision. Nous avons assisté à une rencontre organisée au gouvernorat et qui avait recommandé d’organiser les marchés hebdomadaires à huit clos. C’est-à-dire que personne ne quitte une localité pour une autre localité pour le marché. Chaque collectivité était autorisée à ouvrir son marché aux citoyens résidents. Pas d’étranger. Lorsqu’il a été dit que la propagation de la pandémie est surtout favoriser par les déplacements des personnes des zones infectées aux zones non touchées encore, nous nous sommes réunis ici pour convenir de demander aux ressortissants de notre sous-préfecture qui ont l’habitude de venir pour célébrer avec nous les fêtes religieuses de ne pas effectuer le déplacement cette fois-ci, en raison des risques élevés de contamination communautaire. Nous leur avons expliqué que c’est dans le but de les protéger et de protéger les citoyens de nos districts chez qui ils sont censé débarquer » a expliqué le maire de la commune rurale de Diountou, modi Amadou Bentè Diallo, au téléphone de Guineematin.com dans la matinée de ce samedi, 23 mai 2020.

La seconde consigne ferme issue de cette session extraordinaire du conseil communal de Diountou est celle d’inviter les 9 chefs de districts et les 38 chefs de secteurs de signaler à temps toute arrivée de ressortissants en provenance de la zone spéciale de Conakry ou des voisins déjà touchés par la pandémie.

« Ce qui va nous permettre de mettre l’intéressé sous surveillance médicale pendant au moins les 14 jours pour ne pas que nous soyons désagréablement surpris par un ressortissant qui viendrait développer la maladie ici à l’insu de tout le monde » a ajouté le maire de Diountou.

« Si cette décision a été favorablement accueillie par la grande majorité des ressortissants de Diountou à travers le monde, il convient de signaler que la mesure dérange et fait mal à une infime minorité de fils du terroir. Vous savez qu’une décision ne peut pas faire l’unanimité. Mais, puisque notre ambition est celle de protéger nos citoyens, nous sommes obligés de faire avec. Surtout que nous avons la grande majorité avec nous » a-t-il regretté.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin