Comme on le sait, le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), composé des principaux partis de l’opposition guinéenne et des acteurs de la société civile est persécuté ces derniers temps par les arrestations, suivies d’emprisonnement de ses membres, à Conakry et à l’intérieur du pays.

Après avoir essayé sans succès, via ses avocats, à obtenir la libération des opposants à un troisième mandat d’Alpha Condé, le Front veut désormais appeler ses partisans dans la rue, d’autant que ces emprisonnements exposent les concernés à des risques d’être contaminés dans les prisons. Surtout que des cas confirmés de maladie et de décès liés au coronavirus ont déjà été révélés…

Dans la journée de ce samedi, 23 mai 2020, Cellou Dalein Diallo, le principal opposant au régime Alpha Condé, a tenu à préciser que le FNDC n’a plus aucun choix pour obtenir la libération de ses membres, sérieusement exposés…

« En dépit de la forte propagation du coronavirus, y compris dans les prisons, malgré la trêve observée par le FNDC en raison de la pandémie, et les appels lancés par l’ONU et l’OMS à désengorger les prisons, Alpha Condé continue de faire arrêter et séquestrer des cadres du FNDC.

Plus de 200 membres de notre coalition croupissent aujourd’hui dans les prisons infectées du pays.
Pour obtenir l’arrêt de ces persécutions et la libération de ses partisans, le FNDC n’a d’autre choix que de reprendre, dès après le carême, ses manifestations pacifiques ».

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin