Affrontements entre Toma et Koniaké à Macenta : 2 morts et une cinquantaine de blessés (Procureur)

Tribunal de première instance de Macenta

Le parquet du Tribunal de Première Instance (TPI) de Macenta s’est prononcé ce mercredi, 24 juin 2020, sur les violents affrontements inter-communautaires survenus hier dans la sous-préfecture de Koyamah, située à la frontière Guinéo-Libérienne.

Selon le procureur de la République près ledit tribunal, Abdoulaye Babady Camara, les affrontements entre Tomas et Koniankés ont fait 2 morts, une cinquantaine de blessés, des pillages et incendies, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la région.

Un conflit autour d’un bas-fond dont chaque communauté réclame la paternité, a viré en affrontements à Koyamah hier, mardi. Des morts, des blessés et des dégâts matériels importants y ont été enregistrés.

Abdoulaye Babady Camara, procureur de la république près le TPI de Macenta

Joint au téléphone ce mercredi, Abdoulaye Babady Camara, procureur de la République près le TPI de Macenta, a apporté des précisions. « Pour le moment, ce que j’ai reçu comme informations du bilan des émeutes de Koyamah, il y a eu 2 morts et une cinquantaine de blessées. Parmi les blessés, il y a les forces de défense et de sécurité qu’on avait déployés sur le terrain. Aux premières heures des évènements, nous avons pris la mesure de faire une équipe mixte de police, gendarmerie et l’armée pour aller rétablir l’ordre public et interpeller les auteurs de ces faits. Donc, dans les rangs des forces de défense et de sécurité, il y a eu un agent de la compagnie gendarmerie de Macenta qui a été atteint par balles, 3 policiers également ont été atteints et aussi pour l’armée, il y a des éléments qui ont été touchés par balles de calibre 12. Les enquêtes sont en cours pour interpeller toute personne liée à ces faits : auteurs, complice, coauteurs…».

Parlant de la situation qui prévaut sur le terrain au lendemain de ces scènes de violence, Abdoulaye Babady Camara a indiqué que le calme est revenu. « Pour le moment, le calme est revenu. Mais, il reste également à constaté qu’il y a eu des dégâts matériels très importants puisque des magasins ont été incendiés. Mais, ce que je peux vous dire, c’est des faits de meurtre, des faits de coups et blessures volontaires et une enquête est ouverte à cet effet ».

A la question de savoir si des personnes ont été interpellées, le procureur répond : « pour le moment, il fallait d’abord rétablir l’ordre public et après ça, une enquête est ouverte pour interpeller toute personne liée à ces faits qui ne seront pas impunis. Ces faits ne doivent pas se commettre. Quand une personne ou une communauté se réclame propriétaire terrien, c’est d’ester devant la loi. La violence ne règle pas les questions de propriété. Donc, c’est un mauvais précèdent. La justice va sévir pour condamner vigoureusement ces faits », a promis monsieur Camara.

De Nzérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tel : +224620166816/666890877

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS