Les autorités de l’université de Kindia ont procédé hier, lundi 6 juillet 2020, à la pose de la première pierre des travaux de sécurisation du domaine appartenant à l’institution d’enseignement supérieur. La cérémonie a regroupé les autorités régionales et locales ainsi que des responsables des forces de défense et de sécurité, rapporte un correspondant de Guineematin.com basé à Kindia.

Ces travaux consistent à mettre des bornes pour délimiter l’espace appartenant à l’université de Kindia pour éviter son envahissement par des particuliers. Il s’agit d’un domaine de 117 hectares, offert par les habitants du district de Samoroya, dans la commune rurale de Damakania, où se trouve l’institution d’enseignement supérieur. Selon Dr Daniel Lamah, le recteur de l’université de Kindia, ces travaux font partie des recommandations d’une visite effectuée sur le terrain par une délégation mixte, composée du rectorat de l’université, du ministère en charge de l’habitat ainsi que des autorités du district de Samoroya et de la sous-préfecture de Damakania.

Dr. Daniel Lamah, recteur de l’université de Kindia

« La recommandation la plus importante et la plus urgente, c’était de procéder à la sécurisation des lieux. Depuis, nous étions en train de mûrir les possibilités de commencer ces travaux. Et c’est ce matin que cela a été planifié et exécuté. Il fallait venir poser la première pierre des travaux de sécurisation. Nous avons déjà réalisé des progrès en changeant même la physionomie de l’université de Kindia aujourd’hui. Le fait d’avoir des ambitions lance des défis : défi d’organisation, défi de mobilisation des ressources et défi de coordination des activités pour que ce nous faisons puisse laisser des traces importantes pour l’avenir de notre pays », a déclaré le recteur de l’université de Kindia.

Présente à la cérémonie de lancement officiel de ces travaux, la gouverneure de la région de Kindia a exprimé sa satisfaction par rapport à cette initiative. Hadja Sarangbé Camara en a profité pour réitérer ses remerciements à l’endroit des communautés qui ont offert ce domaine à l’Etat pour la construction de l’université.

Madame Cissé Hadja Sarangbé Camara, gouverneure de la région de Kindia

« Nous allons remercier la notabilité de Samoroya. Lorsque le problème s’est posé, c’est cette communauté qui a accepté d’octroyer un domaine aussi important pour construire une université régionale qui va profiter non seulement à Kindia, à la Guinée mais à toute l’Afrique. C’est cette même communauté qui a offert aussi un espace pour le stade régional. Cela veut dire qu’à Samoroya, l’appel du gouvernement a été entendu. Cette communauté a le souci du développement de Kindia parce que quand il y a une université d’une grande envergure ici, c’est déjà un grand pas pour développement de Kindia. Ce sont eux qui ont donné volontairement ce domaine pour que l’université régionale de Kindia voie le jour ici. Nous les remercions et leur demandons de préserver cet acquis », a lancé l’autorité régionale.

Il faut noter toutefois, qu’un conflit existe aujourd’hui autour de ce domaine. Certains habitants du district de Samoroya réclament une partie de l’espace octroyé à l’université. Et ils sont appuyés par le président du district, Aboubacar Camara.

Aboubacar Camara, président du district de Samoroya

« C’est une joie pour les enfants, les femmes et les hommes de Samoroya que cet édifice soit réalisé dans notre localité. Parce que nous allons en bénéficier et même nos descendants vont en bénéficier. Donc, la joie est immense. Mais, nous avons une inquiétude au niveau du village de Falébagan, où une partie du domaine octroyé à l’université est occupée par des citoyens. Nous souhaitons que les responsables de l’université cèdent cette partie à nos parents et nous allons leur donner un autre domaine non occupé pour compenser cela », a sollicité le président du district de Samoroya.

De Kindia, Amadou Baïlo Batouala Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628516796

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin