Aboubacar Camara, 4ème imam de la mosquée de Kaporo centre

La fermeture prolongée des lieux de culte agace certains leaders religieux à Conakry. C’est le cas d’Elhadj Aboubacar Camara, 4ème imam de la mosquée de Kaporo centre. Au cours d’un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com ce vendredi, 10 juillet 2020, ce leader religieux a regretté que cette mesure, instaurée le 26 mars dernier dans le but de stopper la propagation du coronavirus, reste encore en vigueur dans la capitale guinéenne. Il a exhorté le président de la République à lever maintenant cette restriction pour permettre aux fidèles de reprendre les prières dans les lieux de culte.

« Nous savons que la Guinée, à l’image des autres pays, traverse actuellement une crise sanitaire mondiale. Mais, dans les pays africains dont la Guinée fait partie, je pense que la situation commence à être maîtrisée. C’est pourquoi il y a eu un allègement des mesures restrictives. On constate aujourd’hui que les marchés sont bondés de 8 heures à 18 heures, les jeunes jouent le football dans les quartiers en grand nombre, les bars et restaurants sont ouverts. Alors, pourquoi pas les lieux de culte ? Pourquoi les lieux de culte sont toujours fermés ?

Donc, en tant que religieux, nous réitérons notre demande au chef de l’Etat de penser à l’ouverture des lieux de culte. Quand on est dans les lieux de culte, on est en contact direct avec le Tout Puissant Allah. Et à partir de là, on peut l’implorer pour qu’il nous aider à nous débarrasser rapidement de cette pandémie. Donc, nous demandons encore au président de la République de penser aux religieux pour ouvrir les mosquées tout en ordonnant le respect des mesures sanitaires comme : la distanciation physique, le lavage des mains et le port des masques », a sollicité Elhadj Aboubacar Camara.

« Faire deux ou trois mois sans aller à la mosquée, pour un musulman, c’est un problème. Cette longue absence, fait même oublier certaines pratiques de la religion et certaines pratiques de la vie sociale. Parce que la religion musulmane couvre ces deux aspects. C’est dans les mosquées qu’on peut faire toutes les sensibilisations liées à la religion et à la vie sociale… Le rappel est très important pour les croyants. Et si les mosquées sont fermées, on ne peut pas faire ce rappel. C’est pour toutes ces raisons que nous demandons au président de penser à la réouverture des lieux de culte », souligné ce leader religieux.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel : 620 589 527/654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin