La prorogation d’un mois encore de l’état d’urgence sanitaire par le président Alpha Condé suscite des interrogations en Guinée. Beaucoup se demandent comment se déroulera la campagne électorale pour la présidentielle du 18 octobre prochain, en cette période exceptionnelle pendant laquelle les regroupements sont normalement interdits. Interrogé sur la question par Guineematin.com hier, mercredi 16 septembre 2020, le juriste et analyste politique Karamo Mady Camara a expliqué qu’il n’y a aucun lien entre l’aspect juridique de la campagne et la prorogation de l’état d’urgence.

Karamo Mady Camara, juriste et analyste politique

« On peut dire qu’il n’y a pas véritablement de liens entre l’aspect juridique de la campagne et la prorogation de l’état d’urgence sanitaire. Nous sommes dans un contexte d’élection présidentielle. Les délais légaux sont prévus en ce qui concerne la fixation de la date des élections, la convocation du corps électoral et la date d’ouverture de la campagne électorale. Ceux-ci n’ont rien à voir avec le contexte dans lequel la campagne doit intervenir. Le président de la République a pris sur lui la responsabilité de proroger à nouveau l’état d’urgence sanitaire, cela correspond à son appréciation de la situation. Alors la lecture que l’on puisse faire de cela est plus une appréciation de facto qu’une appréciation juridique », a-t-il indiqué.

Parlant justement de son appréciation de cette mesure, ce juriste et analyste politique soutient que la prorogation de l’état d’urgence sanitaire n’est que formelle. Car, fait-il remarquer, les restrictions imposées par l’état d’urgence ne sont plus respectées depuis plusieurs semaines. « Ce que l’on peut dire, c’est que la pertinence de la prorogation de l’état d’urgence sanitaire se pose dans la mesure où nous assistons aujourd’hui à la violation frontale des dispositions sanitaires qui doivent prévaloir en la matière. Notamment les regroupements surtout le non-respect des mesures barrières qui sont éditées par l’agence nationale de la sécurité sanitaire. Moi, j’ai simplement envie de dire que c’est une reconduction de charme.

C’est une reconduction esthétique pour essayer de se conformer à l’agenda médico-politique d’autant plus que toutes les nations aujourd’hui maintiennent d’une manière ou d’une autre l’état d’urgence sanitaire. Donc, le président a juste voulu continuer à s’accommoder à cela en attendant la déclaration officielle de la fin de la pandémie. Mais pertinemment, on sait bien qu’aujourd’hui, en Guinée, l’état d’urgence sanitaire n’est pas appliqué comme cela se doit. On assiste à des regroupements à travers les mouvements de soutien, et la campagne qui va s’ouvrir dans les prochains jours aussi constituera un autre facteur d’aggravation de la violation de l’état d’urgence sanitaire », a dit Karamo Mady Camara.

En principe, la campagne électorale pour la présidentielle du 18 octobre doit démarrer officiellement demain, vendredi 18 septembre 2020. Un décret doit intervenir pour annoncer son ouverture.

Saïdou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 620589527/654416922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin