L’initiative est d’un guinéen de la diaspora qui a passé 32 ans de sa vie aux Etats-Unis où il évoluait dans le domaine du transport. Elle vise à lutter contre le chômage et à venir en aide aux conducteurs de taxi urbain dans leurs efforts d’autonomisation. Avec seulement 5 millions de francs guinéens de caution, Amadou Lamarana Baldé, à travers son entreprise « Etablissement Al Baldé Corporation », met à votre disposition un véhicule neuf. Et, après 12 mois d’exploitation dans le domaine du transport urbain à Conakry, dans le cadre d’un partenariat, ce véhicule vous revient définitivement.

Amadou Lamarana Baldé, PDG de la entreprise « Etablissement Al Baldé Corporation »


Amadou Lamarana Baldé a plus de 30 ans d’expérience dans le transport. Une expérience qu’il a acquise sur les routes de l’aventure, loin de sa Guinée natale. Mais, son amour à la terre de ses ancêtres lui a permis de retrouver le chemin du retour et de rentrer au bercail. Et, très vite, ce « guinéen de la diaspora » se heurte à la dure réalité socioéconomique de ses concitoyens. La pauvreté des ménages, le chômage chronique des jeunes se révèlent à lui comme un soleil de midi. Il décide alors d’apporter sa contribution pour atténuer (à défaut d’enrayer) ces maux qui empêchent les guinéens de respirer à plein poumons.

Ainsi, fort d’une longue carrière et d’une riche expérience dans les transports, il décide de créer une entreprise de transport. Et, cette entreprise, Amadou Lamarana Baldé la nomme « Entreprise Al Baldé Taxi Corporation ». C’est donc cette entreprise qui a son siège social à Koloma2 (dans la commune de Ratoma), qui vous propose des véhicules sous-forme de prêt remboursable sur une échéance de 12 mois.

« L’entreprise va fonctionner sous forme de partenariat. Nous avons des voitures de 30 millions, de 45 millions et peut-être de 90 millions de francs guinéens. Vous déposez 5 millions au nom de la société, on met une voiture à votre disposition, un taxi régularisé avec tous les documents pendant un an. Vous payez 500 mille par semaine. Donc, à travers ce mode de paiement, en 12 mois et 15 jours vous aurez terminé de payer les 25 millions qui vous reste. Pendant ces 12 mois, c’est la société qui gère la voiture. Si vous avez un problème de mécanique ou tout autre problème, c’est la société peut vous prêter de l’argent pour réparer la voiture.

Après avoir payé les 25 millions qui restent, la voiture vous revient définitivement. Si vous voulez continuer avec la société, vous restez parce qu’avec la société, vous avez des bénéfices tels que si vous avez un problème d’assurance ou d’accident, la société vous répare la voiture et remet le montant sur le crédit qui reste. Ça, c’est ma part de contribution pour aider mon pays qui m’a vu naître et grandir et que j’aime tant. Je me suis dit qu’il faut revenir dans ce pays et contribuer à aider les jeunes à avoir du boulot. S’ils sont sérieux,  vous avez une voiture et en moins de 12 mois, elle vous revient », a expliqué Amadou Lamarana Baldé dans un entretien accordé à Guineematin.com cette semaine.

Selon notre compatriote, lorsqu’un véhicule est accordé à une personne dans le cadre de ce partenariat de travail, elle ne pourra pas sortir de Conakry avec le véhicule tant qu’elle n’aura pas payé la totalité du montant (son crédit) qui lui reste. Il précise d’ailleurs qu’une équipe a été constituée pour surveiller le mouvement des dits véhicules.

« Les 5 millions que la personne paie pour acquérir le véhicule est une caution. Nous avons des mécaniciens, nous avons des électriciens, des peintres, des tôliers et autres qui surveillent les voitures-là. Elles ne sortiront pas de Conakry tant que la personne n’aura pas payé la totalité du montant », a précisé Amadou Lamarana Baldé.

Amadou Lamarana Baldé est joignable sur ce numéro : (00224) 664 22 55 90

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin