A l’occasion de l’ouverture officielle de la campagne électorale pour la présidentielle du 18 octobre prochain, les femmes employées de Rusal Friguia, évoluant  sous le label du collectif des femmes de Fria, ont organisé un meeting pour soutenir la réélection du Président Alpha Condé. La cérémonie a été organisée hier, samedi 19 septembre 2020, à la maison des jeunes de Fria.

Parmi les invités, il y avait le Directeur national des impôts, Aboubacar Makhissa Camara, et une importante délégation de l’UPR, conduite par l’Honorable Mamadou Dian Barry, accompagné de son épouse, de l’honorable Moustapha Kaba et plusieurs responsables de ce parti allié à la mouvance présidentielle.

Mais, ce qui fait le plus jaser est que cet évènement qui a connu la participation massive des populations de Fria, a été marqué par l’absence de la première autorité de la cité de l’alumine, Madame Gnalen Condé.

Selon Tiguidanké Daff, initiatrice de cette activité et responsable de la Fédération UPR de Fria, l’autorité préfectorale a été mise au courant à temps.

Madame Tiguidanké Daff

« Nous, les femmes employées de Rusal Friguia, avons décidé de soutenir la candidature du Pr Alpha Condé pour sa réélection. Nous avons rencontré Madame la préfète de Fria, qui a été la première autorité à être informée, avant le maire et tous les autres. C’est après leur accord que nous nous sommes rendues à Conakry pour rencontrer les autorités et proposer à la Première Dame d‘être la marraine de l’évènement. Ce qu’elle a accepté et fixé même la date du samedi pour cette manifestation. Sinon, au départ, nous avions retenu la date du mercredi, 16 septembre. Et, c’est seulement la veille que nous avons été informées que la Première Dame a eu un contretemps et qu’elle ne pouvait pas venir… », a indiqué Madame Tiguidanké Daff.

Poursuivant, elle accuse Madame Gnaalen Condé d’avoir tenté de boycotter et de saboter la manifestation. « Madame la préfète est venue avec quelques personnes dans la salle. Cela, plutôt que prévu pour lire un ou deux discours. Après, elle a demandé à partir… Elle a quitté les lieux… Elle a tout fait pour boycotter et pour saboter l’évènement. Au départ, quand elle a vu l’allure de l’évènement, elle a voulu le récupérer, comme elle n’a pas réussi, elle a tenté de saboter. Elle a utilisé tous les moyens mais Dieu ne l’a pas aidé », a ajouté notre interlocutrice.

Jointe au téléphone par Guineematin.com, à la fin de la cérémonie, Hadja Gnalen Condé, a expliqué avoir répondu à l’invitation où elle est d’ailleurs restée pendant deux heures. Mais, à cause du retard et d’une contrainte de calendrier, elle était obligé de quitter pour aller à un autre rendez-vous où elle était également attendue.

Hadja Gnalen Condé, préfet de Fria

Hadja Gnalen Condé, préfet de Fria

« J’étais là-bas de 10 heures à midi. J’avais un problème de timing puisque j’avais un rendez-vous avec la CENI à Tormélin pour le lancement officiel de la distribution des cartes d’électeurs », a-t-elle expliqué.

A la question de savoir si elle ne pouvait pas déléguer un de ses cadres pour la représenter, elle répond qu’elle est seule responsable de son programme.

« Je suis la seule à décider de mon programme. Je suis libre de déléguer ou non mon pouvoir. J’étais dans la salle jusqu’à midi, j’ai expliqué que j’avais un programme à Tormélin, je me suis retirée et j’ai laissé la population en train de se réjouir. C’est tout ! », a indiqué la première autorité de Fria.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin