Ce mardi, 1er décembre 2020, marque le premier jour de l’année scolaire 2020-2021 en Guinée. Sur ordre des autorités en charge de l’éducation nationale, élèves, enseignants et encadreurs ont repris le chemin de l’école. Mais, au Collège-Lycée 1er Mars de Matam (à Conakry), cette rentrée des classes a été morose. Sur un effectif de 3 000 élèves que compte cette année cet établissement scolaire, seuls 274 élèves dont 99 filles ont répondu présents en ce premier jour des classes, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters qui s’est rendu sur place.

Sékou Camara, proviseur du lycée premier mars

Cette année, l’ouverture des classes a eu lieu en pleine crise sanitaire liée à la COVID-19. Et, au Collège-Lycée 1er Mars de Matam, toutes les dispositions sécuritaires ont été prises pour éviter une propagation du coronavirus dans ce temple du savoir. « On a déjà dit à tout le monde qu’aucun élève ne doit franchir le portail s’il ne porte pas la bavette. Et, quand tu franchis le portail, tu es obligé de te laver les mains avant d’entrer en classe ou d’être en contact avec n’importe qui dans l’enceinte de l’école », a expliqué le proviseur Sékou Camara.

Seulement, en dépit de ces mesures, la rentrée scolaire de ce mardi n’a pas été une des meilleures. Les enseignants sont venus ; mais, les élèves, en majorité, ont brillé par leur absence.

Ce matin, tous les 35 professeurs programmés étaient présents. L’absence c’est au niveau des élèves. Ils n’ont presque pas répondu. Sur les 3000 élèves, on a pu avoir que 274 élèves présents dont 99 filles. Donc, vous voyez qu’ils n’ont pratiquement pas répondu. Je ne sais pas qu’est-ce qui justifie cette absence. Mais c’est ça quand-même la réalité. Je demande aux parents d’élèves de laisser les enfants venir à l’école. Nous avons déjà perdu 2 mois: octobre et novembre. Donc, si nous perdons encore le mois de décembre, ce n’est pas bon. C’est en tenant compte de tous ça que les programmes ont été conçus. Donc, si chaque fois on perd en temps, ça joue sur le programme… Aux autorités supérieures, ce que je leur demande, c’est de nous aider à avoir des tables bancs. Parce que le problème qu’on à Conakry, c’est le problème de tables-bancs », a indiqué le proviseur Sékou Camara.

Oumar Keita, professeur de Français au collège Premier Mars de Matam, classe 10è année

Tout comme son proviseur, monsieur Oumar Keïta, professeur de français dans cette école déplore cette absence remarquable des élèves. « On peut dire très malheureusement que c’est une reprise morose. En Guinée, il y a cette habitude. L’Etat fixe une date, les élèves et leurs parents se fixent une autre date. Ils disent qu’ils ne seront là qu’après une semaine. C’est ce qui se dit et se fait souvent. Moi par exemple, j’avais cours aujourd’hui ; mais, franchement je suis venu et je n’ai que trois (3) élèves. Il a question pour nous de rassembler tous les élèves des cinq 10ème présents dans une seule salle de classe. Et, parmi ces cinq groupes, on a eu que quelque chose de 10 à 15 élèves qu’on a rassemblés pour que les enseignants présents donnent les cours », a expliqué le professeur de français, Oumar Keita.

Cependant, malgré cette situation déplorable, Ayeba Camara, élève de la 11ème année Sciences Expérimentales, se réjouit d’avoir repris le chemin de l’école.

Ayeba Camara, élève de la 11è année Sciences Expérimentales au lycée Premier Mars de Matam

« Je suis très contente d’être là aujourd’hui. Je suis également contente d’être au lycée. J’espère que cette année on va très bien étudier. On a perdu beaucoup de temps. Moi j’étais pressée de revenir à l’école. Aujourd’hui il n’y a pas eu beaucoup d’élèves, il n’y a pas eu d’engouement. Nous de la 11è sciences expérimentales, nous ne sommes que deux qui sommes venues. Pourtant on est nombreux. Moi, je demande à tout le monde de venir », a dit Ayeba Camara.

Seul présent de sa classe de 12ème Sciences Mathématiques, Eli Kamano est allé rejoindre ses cadets de la 11ème année pour suivre quelques cours avant de rentrer chez lui. Il comprend cette absence des élèves et pense que beaucoup n’ont pas fini de se préparer pour la rentrée.

Eli Kamano, élève de la 12è Sciences Mathématiques au lycée Premier Mars de Matam

« Je suis le seul élève de ma classe de 12ème qui est venu aujourd’hui. Tous les autres sont absents. Comme j’étais seul dans ma classe, je suis venu rejoindre les élèves de la 11ème au lieu de rentrer. Il n’y avait aucun professeur dans ma classe. Les élèves ne sont pas venus, je crois qu’ils n’ont pas encore acheté d’abord leurs fournitures scolaires. Tout le monde n’a pas les moyens. Donc, beaucoup n’ont pas fini de se préparer. Certains attendent la semaine à venir pour reprendre les cours », a confié Eli Kamano.

Mamadou Bhoye Laafa Sow pour Guineematin.com

Tél:(+224)622919225

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin