N’zérékoré : lancement d’une caravane sous-régionale de la paix sous l’égide des Nations Unies

« Promouvoir l’inclusivité et la cohésion sociale en République de Guinée et dans la sous-région. » C’est le but d’une « caravane de la paix » initiée par les Nations Unies, à travers son bureau en Afrique de l’ouest et du Sahel (UNOWAS) et le système nations unies en Guinée, pour promouvoir le vivre ensemble et l’acceptation mutuelle dans les pays de l’Afrique occidentale.

Ladite caravane a été lancée mercredi dernier, 10 novembre 2021, à N’zérékoré (une préfecture située dans le sud de la Guinée) par le ministre guinéen des affaires étrangères et de l’intégration africaine, en présence de Mahamat Saleh Annadif (le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies en Afrique de l’Ouest et du Sahel) et de nombreux diplomates africains et occidentaux accrédités en Guinée, rapporte le correspondant de Guineematin.com à N’zérékoré.

Cette caravane, dont le coup d’envoi vient d’être donné dans la capitale de la région forestière de Guinée, est une expression de l’engagement des nations unies à poursuivre son appui aux démarches et aux efforts de dialogue entre les gouvernements et les autres composantes (société civile, partis politiques, organisation de jeunesse,…) des pays la sous région ouest africaine. Ainsi, la présente caravane va s’étaler jusqu’en décembre 2022 et touchera plusieurs pays de l’Afrique de l’ouest (Mali, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Niger, etc.) pour promouvoir la paix, le dialogue inclusif, la diversité culturelle, les échanges interculturelles et la cohésion sociale entre les communautés.

En Guinée, cette initiative des Nations Unies va s’articuler autour de l’organisation d’une « caravane culturelle de sensibilisation » dans les quatre régions naturelles du pays. Il s’agira spécifiquement de créer, tout au long de l’année 2022, à l’échelle locale, des espaces inclusifs d’échange et de dialogue sur les préoccupations liées à la cohésion sociale et d’identifier des solutions locales endogènes pouvant faciliter une transition pacifique et inclusive dans le pays. Il s’agira également de sensibiliser les communautés sur la paix, les droits de l’homme et le vivre ensemble par le biais de la culture et faire un plaidoyer pour une plus grande implication des jeunes et des femmes dans la gouvernance locale à travers la prise en compte de leurs besoins et préoccupations dans les plans de développement locaux (PDL).

C’est pourquoi, à la cérémonie de lancement de cette caravane à l’université de N’zérékoré, Moriba Albert Délamou, le maire de la commune urbaine de N’zérékoré, a promis de tout mettre en œuvre pour créer toutes les conditions devant concourir au bon déroulement des activités de cette caravane dans sa juridiction géopolitique.

Moriba Albert Délamou, maire de la commune urbaine de N’zérékoré

« Des affrontements interethniques, à partir de 1991, ont été enregistrés dans notre pays (la Guinée) pour des causes diverses, entraînant ainsi les troubles sociaux et la méfiance. Cette fracture du tissu social doit être soignée nécessairement par des sensibilisations à tous les niveaux pour prévenir d’autres conflits d’une part, et accélérer la réconciliation d’autre part. C’est pour cette raison que le Système des Nations Unies et le gouvernement guinéen, jouant un rôle d’acteur, ont initié d’organiser des caravanes culturelles pour la paix et la cohésion sociale à cette phase de la transition… Je vous rassure de l’engagement de la commune à créer toutes les conditions favorables pour la mise en œuvre de ce projet dans la ville de N’Zérékoré », a promis Moriba Albert Délamou.

Pour Mahamat Saleh Annadif, le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies en Afrique de l’ouest et du Sahel, la Guinée a été sous forte tension ces dernières années. Et, cette « caravane de la paix » initiée par les nations unies va permettre aux Guinéens de se parler pour surmonter leurs divergences et penser les plaies dans la cohésion.

Mahamat Saleh Annadif, représentant du SG des Nations Unies en Afrique de l’ouest et du Sahel

« Vous savez que le tissu social a beaucoup souffert ces derniers temps au niveau de la Guinée. Ce projet de caravane culturelle pour l’inclusivité a pour but de permettre aux Guinéennes et Guinéens de se parler, de faire en sorte qu’on puisse surmonter les blessures qui ont eu lieu… N’Zérékoré qui, d’après les informations que j’ai, a toujours été un creuset de cohabitation pacifique, des champs de solidarité, a été pris comme un exemple à partir duquel la caravane devrait se lancer. Et, elle ne va pas s’arrêter seulement à la Guinée. Elle va aller jusqu’à la Côte d’Ivoire, Niger, Burkina Faso… Il faut pardonner, il faut se comprendre, il faut rester guinéen d’abord au-delà de nos appartenances ethniques, régionales ou autres. Et, donc, ce projet vise à favoriser la cohabitation pacifique, la solidarité et surtout l’attente entre les filles et fils de Guinée », a dit Mahamat Saleh Annadif.

Pour le ministre guinéen des Affaires Etrangères, de la Coopération internationale, de l’Intégration Africaine et des Guinéens de l’Etranger, Dr Morissanda Kouyaté, le choix de lancer une caravane sous régionale de la paix et de la cohésion sociale à partir d’une ville de province de la Guinée est un honneur et une marque d’attention qui prouvent que la communauté internationale est toujours aux côtés de la Guinée.

Dr Morissanda Kouyaté

« Vous avez l’honneur à N’Zérékoré de lancer cette caravane de cohésion sociale, une caravane ou un programme qui s’étant sur la Guinée, le Mali, la Côte d’Ivoire… Donc, N’Zérékoré est à l’honneur dans la sous-région. Je n’ai aucun doute que le programme va être exemplaire dans notre pays, parce que je connais cette ville. Monsieur le représentant, vous venez à un moment important en Guinée, puisque nous sommes sur la transition et il y a deux mots sur lesquels tournent la transition : le rassemblement et le développement. Ceux qui ne sont pas en cohésion ne peuvent jamais se rassembler. Merci, aux Nations-Unies d’être présent au près du gouvernement guinéen. Et, on parlera de développement quand les gens sont rassemblés. Votre seule présence ici prouve que la Guinée est toujours soutenue, les populations sont toujours soutenues par les partenaires. Les parenthèses qui s’ouvrent sont des parenthèses qui se refermeront… Je voudrais, au nom du président et le Premier ministre, s’adresser aux jeunes : ce n’est pas par hasard si nous avons commencé par l’université. C’est à vous les jeunes de combattre l’esprit maléfique de la division ethnique », a martelé Dr Morissanda Kouyaté.

A noter qu’en Guinée, cette caravane de la paix ira, en plus de N’zérékoré, dans les préfectures de Macenta, Siguiri, Kankan, Dabola, Mamou, Labé, Koundara, Boffa, Kindia et Conakry. Les résultats des différentes consultations seront présentés aux plus hautes autorités du pays. Et, à terme, « un document d’engagement sera signé par les autorités, les jeunes leaders communautaires et les responsables politiques dans la promotion de la cohésion sociale et de la paix ».

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo LAMAH pour Guineematin.com

Tél : +224620166816/666890877

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS