Elhadj Alpha Oumar Sacko, président de l’Union Nationale des Boulangers et Pâtissiers de Guinée

Depuis hier, vendredi 19 mars 2021, le prix du pain est parti à la hausse dans plusieurs préfectures de la Guinée. Une augmentation allant de 500 à 1500 francs a été constatée sur le prix de la baguette de pain. Pourtant, un protocole d’accord signé entre les organisations des boulangers et le ministère du Commerce interdit toute augmentation du prix du pain pendant trois mois. Qu’est-ce qui explique donc cette hausse enregistrée dans plusieurs localités de l’intérieur du pays ? Un journaliste de Guineematin.com a posé la question à Elhadj Alpha Oumar Sacko, président l’Union nationale professionnelle des boulangers et pâtissiers de Guinée (UNPBPG).

« Ce que vous devez savoir, c’est que lorsqu’on a augmenté le prix de la baguette de 500 francs, eux, ils n’ont pas augmenté. Ils pouvaient le faire à ce moment-là. Mais, comme la farine n’était pas arrivée chez eux, ils n’ont pas augmenté. Eux, ils étaient jusqu’à présent sur les prix de 2000 et de 2500 francs la baguette. N’Zérékoré, Dabola, Dinguiraye, Kouroussa, Kankan et Siguiri, sont dans la même situation. Ça veut dire qu’il n’y a pas eu une nouvelle augmentation. C’est l’augmentation qu’on avait faite ici qu’ils sont en train de prendre en compte. Et, cela est dû au fait que le sac de farine est arrivé chez eux à 330.000 francs guinéens. Donc, il n’y a pas eu une nouvelle augmentation du prix du pain », a-t-il expliqué.

Ce responsable des boulangers assure que le protocole d’accord signé avec le ministère du Commerce sera effectivement respecté. C’est pourquoi il annonce la mise en place d’une équipe chargée de contrôler les prix du pain sur le terrain. « Il y aura toujours des gens qui vont essayer de contourner le protocole d’accord. Même dans certains quartiers de Conakry, certains ont commencé à vendre à 4500 à 5000 francs la baguette. Mais, nous avons déployé 32 jeunes sur le terrain pour effectuer un contrôle.

Ils ont des motos pour sillonner les quartiers. Toute personne qui augmentera quelque chose sur les prix de 2000 et 4000 francs, sa boulangerie sera fermée. Les prix restent à 2000 francs pour le petit pain et 4000 francs pour le double, jusqu’à la fin du mois de Ramadan. On ne peut pas se lever un beau matin pour dire qu’on augmente le prix du pain sur le marché. On calcule tous les ingrédients pour fixer le prix », a laissé entendre Elhadj Alpha Oumar Sacko.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

 

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com