Ça a pris du temps ; mais, les enseignants de Mamou ont fini par adhérer au mot d’ordre de grève générale et illimitée du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée. Ce Samedi 25 Novembre 2017, les enseignants de la ville carrefour ont tout simplement refusé de dispenser les cours, a appris le correspondant de Guineemattin.com à Mamou.

Les élèves qui ont rallié les différentes écoles de la place ont été libérés par les encadreurs. « Rentrez à la maison. Il n’y a pas de professeurs pour dispenser les cours. Je vous demande de rentrer dans le calme et la sérénité. Ne restez pas dans la rue pour semer la pagaille », a conseillé un responsable d’école à ses élèves qui étaient réunis autour du mât pour la montée des couleurs.

Du lycée ‘’Grand-Ducal’’ au lycée ‘’Elhadj Boubacar Barry’’, en passant par les Lycées ‘’Cabral’’ et ‘’Aboubacar Doukouré’’, le constat est le même : il n’y a pas l’ombre d’un seul élève dans les classes !

Aux environs de 9 heures et à l’aide des cailloux, certains élèves de l’élémentaire sont allés déloger les élèves qui faisaient cours à l’école de santé ‘’bel avenir’’ de Tambassa. La même scène a été observée au lycée ‘’Grand-Ducal’’ où des inconnus ont jeté des cailloux sur les toits des classes.

« C’était la débandade ici. Des gens qui étaient derrière la cour nous ont jetés des cailloux dessus. Les élèves sont sortis en courant pour rentrer chez eux », a confié un des responsables du lycée ‘’Grand-Ducal’’.

Sur les artères principales du centre-ville, un pick-up de patrouille de la police était visible. Mais, aucun incident n’a été enregistré avec les élèves qui occupaient le trottoir.

Mais, pourquoi les enseignants de Mamou se sont-ils mis dans la danse plus d’une semaine après le déclenchement de cette grève ?

Selon certains professeurs rencontrés par la rédaction locale de Guineematin.com, ce sont les nouveaux développements de ce mouvement à Conakry et dans certaines villes de l’intérieur du pays qui ont fait changer la position des enseignants de Mamou, qui refusaient jusque-là de répondre à l’appel du syndicat de l’éducation.

« Nous avons tenu de petites réunions secrètes au cours desquelles nous avons examiné la situation. Nous nous sommes dit qu’à partir du moment où des syndicalistes qui défendent nos intérêts sont menacés, il faudrait soutenir notre syndicat. Donc, nous avons décidé d’arrêter les cours jusqu’à nouvel ordre », a révélé un enseignant de collège rencontré derrière la cour d’une école de la place.

Pour l’heure, les autorités éducatives (IRE et DPE) de Mamou n’ont pas réagi à cette décision des enseignants de la ville carrefour.

De Mamou, Keïta Mamadou Baïlo pour Guineematin.com

Tél. : 622 97 27 22

Facebook Comments

Guineematin