oppositionL’opposition républicaine était réunie ce vendredi matin au siège de l’Union des Forces Démocratique(UFR) à Matam pour livrer leurs constats sur la gestion politique du régime Alpha Condé et  en même temps envisager des solutions idoines  à suivre pour une sortie de crise.

A la sortie de cette rencontre, le porte parole de l’opposition républicaine, Aboubacar Sylla, a annoncé que l’opposition guinéenne avait une unité d’actions dans le combat politique qu’ils  entendent  mener pour restaurer en Guinée un véritable régime démocratique, respectueux des droits de l’homme.

Ainsi, après avoir énuméré leur constats, M. Sylla dira qu’ils exigent  la reforme de la CENI qui a montré toute son inaptitude à gérer le processus électorale. L’opposition accuse la CENI de gérer le processus électoral dans un environnement totalement opaque ; de procéder à la correction des anomalies constatées sur le fichier électoral et sur la cartographie des bureaux de votes ; de recruter un nouvel opérateur technique dans l’opacité, etc.

Sur la gestion de la maladie à virus Ebola, l’opposition a dénoncé une mauvaise gestion qui a fait grimper le nombre des victimes 1000 morts, malgré tous les fonds qu’on dit mobilisés pour lutter contre cette épidémie.

En  regrettant l’incident qui s’est produit la semaine dernière au domicile du président de l’UFR, Sidya Touré, le porte parole dira que l’opposition le soutien et il ne faut pas qu’il cède à l’intimidation et elle, lui demande de continuer son combat politique en réclamant aux autorités du pays de faire toute la lumière sur cette affaire qu’ils qualifient « d’ un grand recul démocratique ».

L’opposition exige aussi, aux autorités la signature de relevé des conclusions issue du dialogue qui s’est tenu au mois de juillet dernier au palais du peuple. Elle demande ensuite la démilitarisation de Womey, la reprise du recensement général qui a favorisé certaines régions au détriment des autres.

Dans son ensemble, les leaders de l’opposition républicaine ont laissé entendre que si leurs revendications ne sont pas  prises en compte  par les autorités en place, ils vont reprendre leurs manifestations.

 

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

 

Facebook Comments