Collège AFRICOF, Carrière

Collège AFRICOF, Carrière

« Monsieur venez à l’école Africof, on constate des jets de pierres un peu partout ! Il y a une émeute », c’est par ces deux mots qu’un citoyen a alerté Guineematin.com au téléphone, sur la situation qui prévalait au collège Africof du quartier Carrière, commune de Matam dans la matinée de ce jeudi 10 février 2016.

Arrivée peu avant 11 heures, le reporter de Guineematin.com n’a trouvé sur place que quelques élèves qui cherchaient à regagner leur domicile et un pick-up de la police.

Interrogé sur ce qui venait de se passer dans son établissement, un jeune élève de la 10ème année, qui a souhaité garder l’anonymat, explique: « Depuis le lundi, on ne suit pas régulièrement les cours car on n’a pas d’enseignants. Donc, ce matin, on était fâché et c’est ce qui nous a poussé à manifester », a expliqué le candidat au Brevet.

Après une réunion de près d’une heure d’horloge avec le personnel de sa direction, Mamady Keita, le Principal du collège Africof a confié à Guineematin.com que cette manifestation n’a rien à avoir avec le manque d’enseignants :

Mamady Keita, principal du collège Africof de Carrière

Mamady Keita, principal du collège Africof de Carrière

« Ce matin, je suis venu à l’école, j’ai réuni les élèves au tour du mât pour continuer à faire une sensibilisation par rapport à l’événement qui se passe dans ces jours-ci sur le cas des contractuels. J’ai dit aux élèves de rester en classe, quatre contractuels étaient programmés pour la journée  d’aujourd’hui. Donc, nous avons pu couvrir les professeurs  qui n’étaient pas venus par certains d’autres pour que les cours continuent de façon normale », a-t-il confié.

Mais, à son fort étonnement, c’est vers 9h 55 minutes que : « nous avons vu des jets de pierres de l’extérieur pour la cour, l’émotion des élèves étant telle qu’ils ont commencé à crier. Mon personnel et tout le staff sont sortis pour essayer de cadrer les élèves afin qu’ils restent dans la cour. C’est dans cet état de folie là que les jets venaient de tous les côtés », a témoigné le principal de l’établissement.

Mamady Keita compte à présent sur les leaders  religieux, notamment l’imam du quartier pour sensibiliser les enfants.

À rappeler que cette manifestation des élèves fait suite à l’arrêt des cours par les enseignants contractuels qui ont boudé les classes il y a près d’une semaine. Au nombre de 2 400, ils accusent  l’Etat de vouloir passer par un concours pour les engager à la fonction publique.

De retour de la Carrière, Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin