La mise en service du barrage de Souapiti, attendu pour septembre 2020, va changer radicalement la situation énergétique guinéenne. Avec les 450 MW de ce barrage la Guinée aura assez de production pendant toute l’année et nous pourrons même réduire progressivement le recours aux centrales thermiques.

Evidemment, une partie de cette production additionnelle sera dédiée à couvrir la demande des clients domestiques et commerciaux, mais l’excédante sera disponible pour être vendu aux opérateurs miniers et pour l’exportation. L’électrification des mines par l’extension du réseau d’EDG est la typique situation « gagnante-gagnante », a notamment annoncé le ministre de l’Energie et de l’hydraulique, Dr. Cheick Taliby Sylla. C’était à l’occasion de la présentation des centrales Hydroélectriques de Kaléta et Souapiti aux acteurs miniers de la Guinée.

Guineematin.com vous propose, ci-dessous, l’intégralité du discours de monsieur le ministre Cheick Taliby Sylla :

Monsieur le Ministre des Mines et de la Géologie,

Messieurs les Directeurs,

Mesdames et messieurs les opérateurs miniers,

Mesdames et Messieurs,

Distingués invités ; tout protocole confondu.

Mesdames, Messieurs,

C’est pour moi un réel plaisir de prendre la parole à cet atelier de présentation des opportunités d’achat de l’électricité pour les opérateurs miniers.

Mais, permettez moi tout d’abord de souhaiter la bienvenue à tous les participants.

Mesdames, Messieurs,

La mise en service du barrage de Souapiti, attendu pour septembre 2020, va changer radicalement la situation énergétique guinéenne.

Avec les 450 MW de ce barrage la Guinée aura assez de production pendant toute l’année et nous pourrons même réduire progressivement le recours aux centrales thermiques,

Evidemment, une partie de cette production additionnelle sera dédiée à couvrir la demande des clients domestiques et commerciaux, mais l’excédante sera disponible pour être vendu aux opérateurs miniers et pour l’exportation.

L’électrification des mines par l’extension du réseau d’EDG est la typique situation « gagnante-gagnante » :

– D’une part pour les opérateurs miniers, qui bénéficieront ainsi d’une fourniture d’électricité stable, de qualité et beaucoup moins couteuse par rapport à la production des groupes électrogènes à Diesel ;

– D’autre part pour l’EDG, qui pourra revendre une bonne partie de sa production à des clients fiables et solvables,

assurer une trésorerie solide qui contribuera à la diminution des subventions de l’Etat.

– Et à travers la collaboration mines-énergie, l’Etat donnera un soutien fort au développement industriel et économique du pays.

– D’autre part encore, c’est gagnant pour les travailleurs guinéens, car grâce à une fourniture bon marché d’électricité les opérateurs miniers en Guinée deviendront plus compétitifs et seront en mesure d’offrir plus d’emplois à nos concitoyens.

La mise en service de la centrale de Souapiti n’est qu’une autre étape d’un plan de redressement du secteur commencé en 2012, avec un diagnostic et continué ensuite avec milliards de dollars d’investissements publics et privés dans la production d’électricité et dans l’extension du réseau.

Je voudrais rappeler ici la mise en service de 100 MW de l’adjonction thermique, de Kaloum 3 et 5 pour plus que 75 MW et de la centrale de la Coronthine de 50 MW.

Le premier grand projet énergétique du pays réalisait par la Troisième République en mai 2015 avec l’inauguration du barrage de Kaléta d’une puissance 240 MW , une ligne en Haute Tension à 225 KV pour plus que 500 millions USD d’investissement public, ce qui a permis de doubler la production d’électricité entre le 2014 et le 2016.

Mais la demande augmente rapidement et alors la production doit suivre. C’est la raison pour laquelle Son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat le Professeur Alpha CONDE a lancé, à l’aube de son deuxième mandat, le Projet d’Aménagement Hydroélectrique de Souapiti, le 22 Décembre 2015, d’une puissance de 450 MW avec un important réservoir estimé à près de 6 milliards de m3 d’eau et qui garantira en permanence le productible de Kaléta (240 MW) en toute saison.

D’autres centrales sont en développement pour continuer à exploiter le potentiel hydroélectrique de la Guinée et nous assurer d’être toujours en mesure de couvrir les besoins électriques du pays. C’est le cas d’Amaria (300MW), le couple Kogbédou-Frankonedou, pour ne citer que ceux là.

Du Coté réseau de distribution, l’Etat, accompagné par les bailleurs de fonds internationaux est en train de réaliser 3 grandes lignes d’interconnexions en haute tension :

o La ligne Guinée-Mali

o La ligne CLSG

o La ligne OMVG

Une quatrième est en phase de lancement dans le cadre de l’OMVS et l’entreprise CWE, celle la même qui a réalisé Kaléta et qui est en train de construire Souapiti, réalisera la ligne de transport nationale Linsan-Fomi, dont les études ont été complétées.

Cela veut dire que les réseaux de distributions auxquels les opérateurs miniers pourront se brancher seront des nouveaux, avec des pertes très limitées pour une qualité du service élevée. De plus, dans les prochains 2 prochaines années, tout le pays sera traversé par des lignes en haute tension, donc toutes les sociétés minières pourront bénéficier de la possibilité de se brancher au réseau interconnecté, pas seulement celles localisé dans la même région de Souapiti et Kaleta.

A niveau institutionnel, comme vous le savez, EDG est depuis 2015 sous contrat de gestion avec le Groupement français Véolia, qui travaille pour introduire les bonnes pratiques de gestion et ainsi augmenter la crédibilité d’EDG comme partenaire fiable vis-à-vis ses clients.

Plusieurs acquis ont déjà été achevés et Monsieur l’AG d’EDG va vous en parler pendant sa présentation d’aujourd’hui.

Du coté de mon Département, nous avons créé cette année une Autorité de Régulation indépendante, qui s’occupera entre autres de proposer l’évolution tarifaire de façon ordonnée et transparente. Une nouvelle étude tarifaire sera validée la semaine prochaine et dont les recommandations seront prises sérieusement en compte afin de rééquilibrer la situation financière du secteur, toujours avec le but d’augmenter la crédibilité d’EDG et de réduire les risques pour les investisseurs privés.

Voici quelques exemples des actions entreprises pour la réforme de ce secteur. Et en ma qualité de Ministre de l’Energie et de l’Hydraulique et je vous rassure que cela va continuer et même plus intensément dans l’avenir.

Dans la matinée d’aujourd’hui, vous assisterez à trois présentations pour vous illustrer la situation réelle du secteur énergétiques et ses enjeux.

En particulier, suite à l’intervention de mon collègue, Mon Cher frère, le Ministre des Mines et de la Géologie, le consultant technique du Gouvernement, l’entreprise Tractebel, fera le point sur les aspects plus techniques du secteur et l’impact bouleversant des projets Kaleta et Souapiti.

Ensuite EDG vous illustrera la situation d’entreprise et les démarches commerciales à prendre.

Et finalement le Monsieur le Ministre des Mines et de la Géologie présentera la situation connue de la demande du secteur minier, que nous vous prions de nous aider à mettre à jour.

Toutefois assez de temps sera aussi dédié au dialogue entre vous les opérateurs miniers, les institutions et EDG, afin d’éclaircir toutes les inquiétudes qui pourraient exister atour de l’avenir du secteur énergétique.

L’objectif ultime de cet atelier est d’aboutir à la signature des contrats d’achat de l’électricité entre EDG et les opérateurs miniers intéressés. Et pour cette raison nous vous invitons à prendre contact avec la Direction Commerciale d’EDG pour commencer les discussions tout de suite, même si les besoins électriques ne se matérialiseront que dans quelques années.

La demande domestique, des clients miniers et des pays voisins est en fait en croissance continue et donc c’est opportun de commencer la planification à partir d’aujourd’hui même, en suivant la devise de mon Département : « Vite et bien ! ».

Je vous remercie

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin