Accidents de la route : le plan national de prévention bientôt validé

image d’archive

Le ministère des Transports a lancé, ce mercredi 18 juillet 2018, un atelier de validation du plan national de la sécurité routière et de présentation du code de la route. La rencontre qui va durer deux jours, s’inscrit dans le cadre de la lutte contre les accidents de la circulation dans notre pays, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Cet atelier fait suite à un autre tenu en avril 2017 et qui avait permis de pré-valider le plan national de la sécurité routière. Il s’agit maintenant de le valider de façon définitive pour qu’il puisse être mis en œuvre, a expliqué Mohamed Cheick Touré, secrétaire général du ministère des Transports lors de la cérémonie d’ouverture des travaux.

« Il s’agit donc pour les présentes assises, d’une validation finale de ce document et notamment le plan d’action issu de la vision stratégique de la sécurité routière, la mise en place d’une structure autonome ou organisme directeur de gouvernance conformément aux recommandations des Nations Unies et adoptées par l’Union africaine, les modalités et sources de financement adéquates pour les actions à mettre en œuvre, la feuille de route pour mener à bien l’ensemble de ces actions », a-t-il dit.

En ce qui concerne le code de la route, le secrétaire général du ministère des Transports a demandé aux participants de s’approprier de cette loi qui est fondamentale en matière de prévention des accidents de la route. « Le code de la route, vous en conviendrez avec moi, constitue bien l’instrument par excellence pour la formation des conducteurs et l’information des autres usagers de la route. C’est pourquoi, vous devez vous atteler au cours de vos travaux à faire des propositions sur la vulgarisation de ce nouveau code », a-t-il recommandé.

Selon Mohamed Cheick Touré, la Guinée s’est inscrite dans une approche participative et inclusive pour sécuriser les usagers de la route, et tous les acteurs doivent s’y mettre pour y parvenir : « Nous devons agir tous pour éviter d’endeuiller nos populations à tous les niveaux et ne plus accepter que les jeunes, l’avenir de notre nation, perdent leurs vies dans des accidents. Les conséquences socio-économiques des accidents de la circulation doivent interpeller toutes les parties prenantes à la sécurité routière. Alors, agissons ensemble pour réduire les accidents corporels sur nos routes », a-t-il lancé.

Il faut rappeler qu’une nouvelle loi sur le code de la route en Guinée a été votée le 20 juin dernier par l’Assemblée nationale sur initiative du ministère des Transports.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS