Il n’y a pas eu cours ce jeudi, 09 janvier 2020, dans la plupart des écoles publiques de la ville de Kindia. La majorité des professeurs ont répondu favorablement à l’appel à la grève lancé par le SLECG, dirigé par Aboubacar Soumah, pour réclamer un salaire mensuel de 8 millions de francs par enseignant. C’est le constat fait par un correspondant local de Guineematin.com, qui a sillonné plusieurs établissements scolaires de la commune urbaine.

Au lycée 28 septembre, les cours ont été dispensés dans seulement 8 des 16 salles de classe de l’école. Les autres classes n’ont pas eu d’enseignants, et les élèves ont dû rentrer à la maison. Parmi eux, André Tamba Milimono, élève en classe de 12ème année sciences sociales dans cet établissement scolaire.

« Ce matin, nous avons constaté qu’il y avait peu d’élèves autour du mât, et le proviseur s’est mis à mobiliser les élèves pour rejoindre les salles. Nous, on devait avoir français le matin, mais on n’a pas vu le professeur. En deuxième heure, on devait avoir mathématiques, mais lui aussi n’est pas venu », a témoigné cet élève.

Au lycée Sambaya, il n’y a pas du tout eu cours. Car seulement deux enseignants ont répondu présent ce jeudi. La situation était la même au collège Fissa, où un seul enseignant était présent au passage de notre reporter. Des jets de pierres ont même été enregistrés dans certaines écoles comme celle de Komoya, dans la sous-préfecture de Damakania

Au collège Kindia 4, le directeur des études a assuré que la grève n’a pas affecté l’établissement. « La grève n’est pas observée ici au collège Kindia 4, parce que les professeurs sont là. On ne l’a pas observé parce qu’on estime qu’elle n’est pas opportune en ce mois-là. Nous, nous attendons la fin de ce mois pour voir la réalisation des promesses du président de la République. Aboubacar Soumah est un peu pressé, sinon ce qu’il a demandé est en cours de réalisation. Donc tout va bien ici, les élèves et les enseignants sont tous là », a-t-il laissé entendre.

Mais, un élève de cette école que nous avons interrogé, a donné une version contraire à celle du directeur des études. Selon lui, certains enseignants n’ont pas répondu présent. « Depuis le matin, nous sommes là, on devait avoir Histoire et Géographie, mais aucun des professeurs n’est venu, alors que c’est en 9ème qu’on prépare le BEPC. Le gouvernement et le syndicat doivent s’entendre pour nous éviter des perturbations comme celles enregistrées les années précédentes », a dit Mohamed Keïta, élève en classe de 9ème année au collège Kindia 4.

Face à cette situation, le directeur préfectoral de l’éducation de Kindia et le préfet ont sillonné plusieurs établissements scolaires pour faire le constat sur le terrain et sensibiliser les enseignants à venir dispenser les cours.

De Kindia, Mohamed M’Bemba Condé pour Guineematin.com

Tél. : 628 51 88 88

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin