Comme annoncé précédemment, la pandémie du coronavirus qui sévit actuellement en Guinée a finalement touché plusieurs hommes de médias. Actuellement, cinq journalistes des médias privés ont été déclarés positifs au COVID-19. Et, parmi eux, se trouve Mamadou Oury Diallo, journaliste au Groupe Gangan (radio et télévision) et responsable commercial du Site Mosaiqueguinee.

Notre confrère se trouve actuellement à l’Hôpital national Donka où il a été admis pour sa prise en charge de même que Madame Moussa Yéro Bah, Aboubacar Diallo, Lamine Mognouma Cissé, Mohamed Mara et les autres malades.

Dans un entretien qu’il a accordé à un reporter de Guineematin.com hier, samedi 04 avril 2020, Mamadou Oury Diallo est revenu son état de santé, sa prise en charge, etc.

Décryptage !

Guineematin.com : Vous avez été testé positif au COVID-19 ; et, beaucoup de guinéens qui vous connaissent vous ont fait part de leur soutien. Mais, ils sont également nombreux à se demander comment et à quelle occasion vous avez été infectées par ce virus. Que pouvez-vous leur dire aujourd’hui ?

Mamadou Oury Diallo : en réalité, quand je venais pour faire le test, je ne pouvais pas dire que je suis le contact de telle personne qui avait été testée positive au préalable. Mais, c’est parce que j’avais commencé à ressentir une fièvre qui persistait pratiquement sur une semaine, tout d’un coup, j’étais assis au bureau, ma température est fortement montée. Elle est montée jusqu’à 37 degré. Mais, comme on disait qu’il fallait que ça monte jusqu’à 38 degré pour se douter, j’ai pris du Doliprane qui m’a soulagé. Cependant, la petite fièvre a continué de persister sur quatre à cinq jours. Ainsi, bien que ma température ne soit pas montée à 38 degré, je me suis dit pourquoi ne pas venir quand même se faire tester. Donc, on est resté dans ça ; il y a eu le cas du ministre Naïté (le ministre des travaux publics). Et, brusquement, il y a eu un certain nombre de journalistes qui se sont retrouvés à Donka pour se faire tester. Je me suis retrouvé là-bas le même jour avec les amis d’Espace Fm. Et, c’est ainsi que, comme par hasard, Aboubacar Diallo, Lamine Mognouma Cissé et moi, nous avons tous eu des résultats positifs. Vous savez que Aboubacar Diallo et moi, nous travaillons ensemble. Parce qu’au-delà d’Espace, il a le site Mosaiqueguinee. Et, moi, je suis le responsable commercial de Mosaiqueguinée. Nous avons nos locaux à Petit Simbayah. Quand nous quittons nos médias respectifs, on se retrouve là-bas. Lamine Mognouma Cissé aussi est le DGA de Mosaiqueguinée. Donc, tous les trois, nous travaillons ensemble ; et nous sommes pratiquement tous les jours ensemble. Maintenant, qui de nous trois a été le premier à être contaminé ; et, qui a contaminé ce dernier, je ne sais pas. Mais, bizarrement, on est tous les trois positifs au COVID-19.

Guinematin.com : Que pouvez-vous nous dire de votre état de santé actuelle ?

Mamadou Oury Diallo : Disons que ce matin ça va. Hier, la fièvre continuait toujours ; mais, on nous a donné des comprimés. Et, je crois que ça a cassé la fièvre. En tout cas, ce matin, on a contrôlé ; et ça a redescendu. Donc, on peut dire que ça va ce matin. Nous sommes à Donka comme ça.

Guineematin.com : Comment se passe la prise en charge ?

Mamadou Oury Diallo : Depuis qu’on est arrivé hier (vendredi) dans la matinée, on nous installés, on a passé la journée ; et le soir quelqu’un est venu nous entretenir pour prendre les renseignements sur ce qu’on ressent comme douleur. Et, la nuit, un autre groupe est venu nous donner des comprimés et nous montrer comment on les prend. On a pris les compris ; et, ce matin, il y a un autre groupe de soignants qui est passé pour prendre nos températures.

Guineematin.com : Quel message avez-vous à l’endroit de tous ceux qui soutiennent et qui souhaitent vous voir vaincre cette maladie dans les brefs délais ?

Mamadou Oury Diallo : Je demande aux guinéens d’être prudents et de se protéger. Je pense qu’il va falloir qu’on déverse le maximum de masque dans la cité. Parce que nous (la Guinée) ne pouvons pas riposter à la manière des pays européens qui confinent les gens, qui ont les dispositifs pour éviter que les gens ne soient serrés dans les lieux publics. Vous voyez comment les femmes se retrouvent aujourd’hui dans nos marchés. Et, il suffit juste que quelqu’un qui porte le virus et qui s’ignore malade éternue dans cette masse pour qu’il y ait des contaminations. Il faut que l’Etat responsabilise les responsables de marchés de sorte que personne n’entre dans un marché sans porter un masque. Sinon, on va se perdre et nous retrouver avec une contamination en masse. On est plus à un stade où on peut dire que ce sont les malades seulement qui doivent porter les masques. Parce que les gens se promènent, d’autres ont le virus pendant qu’ils sont asymptomatiques. Il faut adapter la riposte à notre réalité ; sinon, ça ne va pas marcher. Nos confrères (les journalistes) doivent faire beaucoup attention. Parce que nous sommes sur la première ligne. Nous sommes la corporation la plus exposée, surtout quand on voit le profil de ceux qui ont été les premiers à être contaminés. Nous partons en reportage, nous faisons des émissions. Le gouvernement doit aider toutes les rédactions à avoir le maximum de masques. Et, si on ne donne pas de masques aux rédactions, qu’on arrête de couvrir quoi que ce soit, même les comptes rendus de l’ANSS (agence nationale de la sécurité sanitaire). Parce qu’il y va de la santé de ces journalistes. Sinon, ça craint pour notre corporation.

Guineematin.com : Merci de nous avoir accordé cet entretien ; et, meilleur santé à vous

Mamadou Oury Diallo : c’est moi qui vous remercie

Interview réalisée par Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin