Boubacar Sanso Barry, journaliste et administrateur général du site ledjely.com

Comme annoncé dans nos précédentes publications, six (6) journalistes guinéens ont été récemment testés positifs au Covid-19. Depuis, ils sont tous pris en charge au centre de traitement de l’hôpital national Donka où les conditions d’hébergement ne sont pas forcément les meilleures. Joint au téléphone dans la journée de ce mercredi, 8 avril 2020, notre confrère Boubacar Sanso Barry, administrateur général du site d’informations générales Ledjely.com, a laissé entende que tout se passe bien même si quelques difficultés sont à signaler.

Six journalistes, tous de la presse privée, ont été testés positifs au Covid-19 et suivent leur traitement au CHU Donka : Boubacar Sanso Barry (Ledjely.com), Aboubacar Diallo, Mohamed Mara et Moussa Yéro Bah ( tous du groupe Hadafo Médias) Mamadou Oury Diallo (Gangan RTV) et Oumar Camara (radio Nostalgie).

Selon Sanso Barry, qui est handicapé moteur, son état de santé n’est pas préoccupant même si quelques petits soucis sont à signaler. « Je vais bien pour le moment. Au niveau de la prise en charge, c’est plutôt ordinaire. C’est vrai qu’il y a quelques petits problèmes parce que moi par exemple, je suis au 3ème étage, il n’y pas d’ascenseurs. Mais, ce sont des conditions guinéennes. Sinon pour le reste, les médecins sont courtois avec nous, ils passent prendre nos nouvelles au moins 3 fois par jour. Personnellement, j’ai le moral bon parce que j’étais relativement préparé à toutes les éventualités quand je suis allé faire le test. Du mieux que je peux, j’essaye aussi de rassurer la famille en échangeant avec eux tous les jours. Je pense que pour le moment, et de leur côté et du mien, on prend avec positivité tout ça », rassure-t-il.

Face à la propagation de la pandémie dans notre pays, Boubacar Sanso Barry demande aux populations de rester sereine tout en observant scrupuleusement les mesures d’hygiène édictées par les spécialistes. « C’est vrai que la contagion est plutôt virale ; mais, en même temps, on peut se réjouir que pour le moment, on a observé aucun cas de décès en Guinée. Les gens s’en sortent plutôt bien. Maintenant, le processus est très complexe, c’est difficile de se prémunir et les procédés de contamination sont nombreux. Donc, je dirais quand même aux populations de ne pas céder à la panique ou à la psychose ; mais, d’observer les mesures édictées par toutes les instances en charge du secteur de la santé. Que chacun prenne ses précautions individuelles pour essayer de limiter la propagation », conseille-t-il.

A la question de savoir comment il a pu se faire contaminé, notre confrère est face à la même interrogation. « Je ne suis pas certain de le savoir. Mais, je peux simplement dire que c’est à la suite des tests positifs de quelques confrères avec les quels j’avais eu précédemment des contacts, notamment dans une émission, que j’ai jugé prudent d’aller vérifier mon statut. Je ne suis certain de rien. Mais, il est possible que ça soit au cours de ce contact auquel je pense, tout comme ça peut aussi être avec un contact ultérieur, c’est-à-dire avec quelqu’un d’anonyme que je ne connais pas ».

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin