Dr Cheick Taliby Sylla, ministre en charge de l’Energie

Par la Cellule de Communication du Ministère de l’Énergie : Le chef de l’Etat, le Pr Alpha Condé, lors de sa prise de fonction en 2010, avait promis aux guinéens l’électrification de tout le pays. Contre toute attente, des efforts inlassables du locataire de Sékhoutoureya s’avéreront impuissants face à un groupuscule de cadres laxistes et véreux, toujours assoiffés des deniers publics. La plupart des guinéens comprendront pour une fois plus que la volonté n’a pas manqué à l’opposant historique, mais plutôt le commun des apatrides à « œuvrer pour soi-même et non pour le peuple ».

Mais, comme tout bon rêveur, Alpha Condé, quoi qu’on dise de l’homme, a continué à chercher des moyens propices pour sortir la Guinée de l’obscurité. De contacts en contacts, le chef de l’État a mis la main sur un certain Dr Cheick Taliby Sylla pour mener à bien cette mission capitale et pleine de sens pour lui. Conscient de la lourde tâche que constitue l’approvisionnement de toute la Guinée en électricité, le ministre a usé des directives du Pr Alpha Condé pour trouver des bailleurs de fonds capables d’apporter des financements dans le secteur de l’électricité.

Avec le franc-parler d’Alpha Condé, des investisseurs se bousculent aux chevets de la Guinée pour financer la construction de plusieurs ouvrages hydroélectriques, en-tête de mire, le barrage de Kaléta d’une puissance de 240 MW. Même Si cet ouvrage ne pouvait pas combler le déficit électrique en Guinée, les guinéens se sont réjouis de la nette amélioration de la desserte en courant électrique dans les ménages, sans toutefois satisfaire le commun des mortels, habitué à l’obscurité durant le régime précédent.

Kaléta était une première expérience. Et, comme il n’y a jamais eu un sans deux, Dr Cheick Taliby Sylla, le ministre en charge de l’énergie, sous la houlette de celui que certains guinéens appellent affectueusement « le Fama national et grand bâtisseur», est parvenu à obtenir le financement de la construction du plus grand ouvrage hydroélectrique de l’histoire de la Guinée, le barrage de Souapiti.

Doté d’une capacité de 450 mégawatts, il est attendu avec impatience et grand espoir car avec lui, la Guinée va rompre à près de 90 % avec les coupures intempestives du courant dans les ménages ce, sur toute l’étendue du territoire national. Mieux, le barrage hydroélectrique de Souapiti permettra à la République de Guinée de connaître un véritable décollage industriel pour un développement économique du pays.

Que dire des travaux de construction du barrage hydroélectrique d’Amaria amorcés depuis des mois et qui connaissent une avancée positives au-delà des attentes aux dires des experts ? Ce n’est d’ailleurs pas tout, puisque les études d’autres ouvrages hydroélectriques sont achevées. Avant l’inauguration de la première tribune de Souapiti, prévue pour le mois de septembre prochain, nous assisterons à la pose de la première pierre des barrages hydroélectriques comme Fomi, Kogbedou Koukoutamba, Kandabaga sur le Kokoulo, etc. les projets solaires et éoliens…

La construction des lignes de transport et l’interconnexion sous-régionale CLSG Guinée-Mali, OMVG OMVS. Ainsi, avec la réalisation de tous ces ouvrages, sans compter sur certains micro-barrages, la Guinée deviendrait le 4ème pays exportateur de courant électrique de la sous-région.

Ces efforts, aux dires de Dr Cheick Taliby Sylla, sont du chef de l’État, le Pr Alpha Condé. Selon lui, il n’a fait qu’obéir aux instructions du patron de Sékhoutouréya. Plus loin, c’est la lecture du travail réalisé par le régime d’Alpha Condé qui éblouit le ministre. Pour lui, il ne croyait pas que toutes infrastructures réalisées et en cours de réalisation ne pouvaient se faire en peu de temps, vue les moyens que disposait la Guinée après l’élection du président Alpha Condé en 2010.

Dr. Cheick Taliby Sylla, dans plusieurs de ses sorties publiques, surtout pendant les dernières campagnes des élections législatives cumulées au référendum du 22 mars dernier, a toujours fait savoir : « qu’en dehors de notre bon président, Pr Alpha Condé, je ne connais personne qui pourrait autant investir dans le développement du secteur énergétique d’un pays, malgré le sabotage de certains cadres hostiles au bien commun ou public ».

Dr. Cheick Taliby Sylla est aussi et surtout connu pour sa force de mobilisation de masses humaines. L’on se rappelle du monde extraordinaire mobilisé pour les différentes réceptions du Pr. Alpha Condé à Kindia, qui avait laissé stupéfaits ceux qui ne croyaient pas à la popularité du président en basse Guinée.

Dr. Cheick Taliby Sylla, c’est aussi celui qui a su trouver l’expression juste et équilibré pour rendre hommage au leader historique et incontestable du RPG. Lors d’une visite de terrain sur le site du barrage hydroélectrique d’Amaria, le ministre de l’énergie avait souhaité qu’on appelle désormais le chef de l’État « Alpha le grand » ou « Alpha le bâtisseur ».

Venons-en aux perturbations. C’est perturbation dans la desserte en courant électrique que nous connaissons aujourd’hui ne devraient nullement mettre en cause les efforts fournis par le président de la République. Dr Cheick Taliby Sylla, sous la houlette du président Alpha Condé, a fait connaître l’importance du courant électrique aux guinéens qui, par le passé n’en étaient pas servis autant.

Ne pas reconnaître les efforts inlassables fournis par Alpha Condé à travers son ministre Dr Cheick Taliby Sylla dans le domaine de l’électricité, relève de la l’ingratitude. Le passé n’est pas si loin pour qu’il soit vite oublié. Des candidats aux baccalauréats 2002, 2003 etc… savent comment ils ont préparé leurs examens à l’époque. Pour rappel, la Guinée avait fait six (6) mois sans le moindre courant électrique produit par la Société Guinéenne d’Electricité (SOGEL d’alors).

N’ayons donc pas la mémoire courte ; car, la demande en électricité augmente du jour au lendemain. Kaléta qui approvisionnait la capitale, Conakry, et ses environs en courant électrique ne peut plus répondre au même rythme qu’à son lancement, tant le besoin a augmenté par rapport à la demande.

Pour cela, la patience seule et la compréhension peuvent nous mener à une quiétude sociale ; car, nous abordons le dernier virage puisqu’avec l’arrivée des grandes pluies, la période d’étiage prendra fin et nos barrages fonctionneront à temps plein. Le barrage de Souapiti, avec sa retenue imposante d’eau, mettra fin au manque d’eau pour tourner les tribunes en saison sèche.

N’est-ce pas un bel espoir à venir ? En attendant, il y a lieu que nous nous investissions tous dans la lutte contre le Covid-19 qui a mis à nu, les soi-disant savants qui peinent à trouver un remède efficace qui peut anéantir cette pandémie. Outre, le cas de la déforestation, surtout le long de nos cours d’eau est un phénomène préoccupant qui devrait attirer l’attention de plus d’un guinéen car l’avenir de la future génération en dépend.

Même s’il y a beaucoup à faire dans le secteur énergétique en Guinée, il faut savoir raison gardée. Des critiques objectives, oui elles ont leur rôle à jouer dans l’édification de la nation. Des failles, certes, il y en a sans doute eu à certains niveaux de la gestion du courant électrique en Guinée. L’œuvre humaine étant imparfaite, l’espoir est permis pour la résolution définitive du courant électrique en Guinée dans un bref délai.

Saa Malick Camara de la Cellule de Communication du Ministère de l’Énergie

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin