Le 26 Mai de chaque année nous interpelle à nous remémorer du rappel à Dieu du Doyen Bâ Mamadou décédé à Paris en 2009 (paix à son âme). Nous commémorons cette année le 11 ème anniversaire de son décès dans une situation de crise sociale, politique et économique à la fois difficile et complexe.

Au plan social, notre pays est confronté à la dure épreuve de la pandémie de Coronavirus qui touche toutes les régions du monde sans distinction de pays riches et pauvres. En effet, Le COVID-19 a endeuillé l’humanité et défié particulièrement les systèmes de Santé des pays les plus développés. Nous saluons les efforts fournis par les médecins, les autorités du pays et toutes les bonnes initiatives dans le cadre de la lutte contre cette pandémie.

Au plan politique, le double scrutin du 22 Mars 2020 a occasionné également des pertes en vies humaines, des destructions d’édifices publics, privées et d’importants biens avant, pendant et après ledit double scrutin. Le conflit né de l’organisation du double scrutin est loin d’être résolu. Il a creusé davantage le fossé entre les partisans du pouvoir et ceux du Front National de la Défense de la Constitution (FNDC). Il ressort de cette confrontation que les deux camps ont campé sur leurs positions et perceptions. Ils n’ont pas mis en avant les critères raisonnés de négociation.

Au plan économique, à l’instar des autres pays du monde, tous les secteurs économiques ont connu une quasi paralysie tant en milieu rural qu’urbain. Le COVID-19 a mis plusieurs pays développés en situation de début de récession. Au même moment, les nations du monde cherchent des solutions individuelles et collectives pour sauver leurs économies durement éprouvées par cette pandémie. La nôtre peine à trouver des solutions idoines fédératrices des acteurs nationaux et internationaux pour aider à juguler les effets et impacts négatifs du Covid-19.

C’est dans ce triple contexte que nous célébrons la 11 ème année du décès de notre regretté Doyen Bâ Mamadou. C’est le lieu pour nous d’implorer Allah Subuhaana Ta Aallah d’accorder sa grâce divine à tous ceux qui sont décédés du COVID-19 ou de mort de toutes autres natures. Nous prions Dieu de mettre terme à cette pandémie et invitons également tous les guinéens à observer le strict respect des mesures sanitaires édictées par les autorités nationales. Contrairement aux années précédentes, il n’y aura pas de cérémonie de commémoration collective à cause des mesures sanitaires en vigueur. Cependant, nous invitons le peuple de Guinée à formuler des prières en faveur du repos de l’âme du Doyen Bâ Mamadou en paix dans le Firdawsi. Amen.

Eu égard à l’ampleur et à la complexité de la crise profonde qui secoue notre pays, la Fondation Ba Mamadou se fait le devoir de lancer des appels respectifs à l’endroit du Président de la République, le Professeur Alpha Condé, des acteurs politiques et sociaux regroupés au sein du FNDC et des religieux en faveur d’un retour rapide au dialogue.

Au Président Alpha Condé, à la fois ami et compagnon de lutte du feu Doyen Bâ Mamadou, nous demandons humblement d’utiliser toutes les stratégies idoines devant permettre l’ouverture d’un dialogue sincère avec le FNDC basé sur le principe gagnant-gagnant en lieu et place de celui gagnant-perdant ou perdant-perdant. A l’instar de vos devanciers amis et compagnons (Bâ Mamadou, Professeur Alpha Sow, Siradiou Diallo, Jean Marie Doré, etc.), vous avez incarné l’espoir aux yeux de bon nombre de guinéens de bâtir une nouvelle société fondée sur les valeurs universelles de promotion de la démocratie, de l’état de droit, de la bonne gouvernance, du respect des droits de l’homme, de la dignité humaine, de la paix et de la réconciliation nationale. A l’image des dirigeants Sud-Africains d’alors (Frederick le Clerck et Nelson Mandela) nous vous invitons à tourner les pages noires d’un passé sombre vers un futur promoteur d’espoir qui réconciliera notre peuple. Vous allez inscrire la plus belle page de l’histoire politique de notre pays. Les générations actuelles et futures vous resteront reconnaissantes. Vous serez le premier à récolter les dividendes d’un tel acte. Vous sortirez la tête haute et offrirez l’occasion rêvée aux guinéens d’avoir le même sentiment d’appartenance à une nation réconciliée et résolument tournée vers les immenses défis de son développement. Ne vous laissez pas détourner d’un tel combat qui est attendu de vous au regard de votre cheminement politique.

Aux acteurs du FNDC, nous vous invitons d’être disposés à revenir au dialogue avec le pouvoir pour sortir notre pays de l’impasse dans laquelle il est plongé. Nul ne sortirait victorieux d’une situation d’enlisement récurrente. L’Afrique du Sud nous offre un bel exemple à suivre. Les grands hommes jadis opposés ont mis de côté leurs egos et ambitions personnelles au profit de leurs pays. La construction d’une Guinée à la fois comme nation émergente et forte ne saurait se réaliser sans la paix, la stabilité et le vouloir-vivre ensemble dans le respect de notre diversité.
Aux religieux, nous vous interpellons de vous lever pour sauver notre case commune qu’est la Guinée dans sa diversité et pluralité. Vous n’avez pas le droit de baisser les bras sous quelconque prétexte. La foi en Dieu doit constamment guider vos actions à l’image des Éminents envoyés (Prophètes) de Dieu auprès de ses créatures qui n’ont jamais baissé leurs bras. Vous devez puiser dans le coran ou la bible les paroles appropriées de Dieu pour amener les autorités actuelles et le FNDC à privilégier « LE PAYS D’ABORD ». Vous pouvez vous appuyer sur les coordinations régionales vous basant sur les différents pactes et alliances qui ont uni nos valeureux et respectueux peuples depuis des siècles.

Des pays tels que l’Afrique du Sud et le Rwanda ont connu des pages sombres de leurs histoires. On note que les dirigeants de ces pays se sont donné comme ambition de bâtir des nations fortes, unies, réconciliées et prospères vers des destins communs. La Guinée sera ce que les filles et fils du pays voudront qu’elle soit. Au lendemain d’un début de récession mondiale, aucun pays n’accordera d’attention élevée à la Guinée si les Guinéens eux-mêmes n’arrivent pas à un mettre termes à leurs divergences internes pour faire face aux vrais défis auxquels ils sont confrontés. Le Rwanda est devenu une référence en matière de progrès économique et social grâce au leadership du Président Paul Kagamé. Ensemble donnons-nous la main, débarrassons-nous de l’orgueil et mettons l’intérêt du pays en avant.

Le Conseil d’Administration de la Fondation Ba Mamadou s’incline pieusement devant la mémoire de nos devanciers et invite les guinéens à la retenue, au pardon et au dialogue. Qu’Allah guide nos pas vers un tel chemin. Amen !

La Fondation 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin