Honorable Souleymane Keïta, coordinateur de la cellule de communication du RPG Arc-en-ciel

Les réactions se multiplient au sein de la classe politique guinéenne, suite au décret relatif l’installation des conseils de quartiers et de districts. Cette décision du président Alpha Condé, rendue publique dans la soirée du jeudi 18 juin 2020, instruit le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation de prendre les dispositions nécessaires pour installer ces responsables locaux, élus le 4 février 2018. Une décision qui semble être bien appréciée par le RPG Arc-en-ciel, le parti au pouvoir.

Dans un entretien qu’il a accordé à Guineematin.com, le coordinateur de la cellule de communication de la formation politique, également 3ème secrétaire parlementaire à l’Assemblée nationale, a salué une bonne chose. « Nous pensons que c’est une bonne chose puisque c’est conforme à la loi et au code électoral. Le président n’a fait qu’instruire son ministre de l’administration du territoire à mettre en exécution une disposition légale. Et compte tenu des nombreux problèmes que nous avons connus auparavant à cause de cette situation particulière, nous pensons que c’est une bonne chose. Et nous espérons que très rapidement ces conseils de quartiers et de districts seront installés et ils vont commencer à travailler dans l’intérêt supérieur des collectivités pour lesquelles ils sont installés », a réagi l’honorable Souleymane Keïta.

La question que beaucoup se posent maintenant, c’est de savoir pourquoi le président Alpha Condé a attendu plus de deux ans avant d’accepter enfin de mettre en application cette loi. Surtout que ce décret intervient à un moment où le code électoral amendé, qui prévoit désormais la nomination des chefs de quartiers et de districts par le gouvernement, est en examen au parlement. Pour ce député du parti au pouvoir, le chef de l’Etat a certainement attendu le moment opportun pour prendre sa décision.

« Je pense qu’on n’avait peut-être pas réuni tous les éléments nécessaires pour faire le travail de manière efficace. J’estime tout simplement que le moment est venu et que désormais les autorités disposent de tous les outils pour l’application de cette loi. Vous savez qu’à l’époque, les gens n’étaient pas d’accord, une bonne partie de la classe politique n’approuvait pas cette méthode sans compter que la société civile s’était levée pour dénoncer cet état de fait. Donc, je pense qu’il était de la responsabilité des autorités de prendre toutes les informations nécessaires, voir tous les contours avant de procéder à la chose. L’essentiel est qu’aujourd’hui il y a un décret qui est pris et qui instruit le ministre de l’administration du territoire pour la mise en application effective de cette disposition du code électoral », a dit le coordinateur de la cellule de communication du RPG Arc-en-ciel.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin