Mamadou Dian Diallo, inspecteur régional du Travail de Labé

L’inspecteur régional du Travail, Mamadou Dian Diallo menace de vérifier la comptabilité des écoles privées si leurs fondateurs n’accèdent pas à la revendication de leurs employés qui réclament actuellement deux mois d’arriérées de salaires correspondant à la période non enseignée, en raison de l’Etat d’urgence sanitaire instauré dans le but de stopper la propagation de la pandémie du coronavirus en République de Guinée, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

L’inspecteur régional du travail, Mamadou Dian Diallo vient d’inviter les fondateurs d’écoles privées à une réunion de concertation avec leurs employés « sur les modalités de payement des arriérées des salaires réclamées par les ayants droit », qui aura lieu le mardi, 23 juin 2020, au gouvernorat de la Région Administrative de Labé. Cette initiative fait suite à deux demandes d’arbitrage formulées par une association d’enseignants du privé et un syndicat d’enseignants des écoles privées de la place. Plaintes transmises à l’Inspection Régionale du Travail (IRT) par le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah.

« Le jour même où j’ai reçu le courrier de la préfecture, j’ai fait appel au président des fondateurs des écoles privées de Labé pour qu’il vienne échanger avec nous de la situation de ces enseignants qui sont restés depuis 2 mois, sans salaires. Les fondateurs des écoles privées doivent se concerter pour nous envoyer une délégation le mardi, 23 juin 2020, pour en débattre. J’ai l’impression que même le président de l’association des fondateurs d’écoles privées ne maîtrise pas les textes en vigueur en la matière, parce qu’on ne doit pas compter sur les frais de scolarités des enfants pour payer les salaires des enseignants. La loi est très claire sur cette question » a-t-il expliqué.

Pour l’inspecteur du travail, Mamadou Dian Diallo deux pistes de solution sont envisageables dans cette affaire. Soit les fondateurs des écoles privées reviennent sur leur position ou « nous nous transportons dans les écoles pour vérifier la comptabilité et passer aux payement parce qu’il faudra que ces enseignants soient payés » a-t-il prévenu.

La promptitude avec laquelle l’inspecteur du travail, Mamadou Dian Diallo a pris en charge le dossier et la disponibilité dont il fait montre redonne espoir aux enseignants évoluant dans les écoles privées de Labé.

« Nous avons pleinement espoir de remporter cette bataille, parce que nous nous basons sur les textes en vigueur en République de Guinée » a indiqué le secrétaire général de l’antenne régionale du Syndicat National des Enseignants du Privé de Guinée (SEPGUI), Alexis Niakoye Loua.

Du côté de l’association des fondateurs d’écoles privées de Labé, son président Yamoussa Soumah a expliqué à Guineematin.com qu’il est en train, pour le moment de réunir les éléments sur les difficultés auxquelles lui et ses collègues sont confrontés dans la promotion de l’enseignement privé dans le pays.

Depuis Labé, Idrissa Sampiring Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 622 269 551 & 657 269 551 & 660 901 334

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin