Dr Oumou Hawa Diallo, Médecin Pneumologue à l’hôpital Ignace Deen

Depuis quelques jours, les conditions météorologiques ne sont pas bonnes dans la capitale guinéenne. Le ciel est couvert de poussière (brume sèche) qui a conduit à la suspension de tous les vols à destination de Conakry. Et, cette situation expose aussi les habitants de la ville à de sérieux risques sanitaires.

Selon Dr Oumou Hawa Diallo, pneumologue en service à l’hôpital Ignace Deen de Conakry, cette poussière peut réveiller ou aggraver plusieurs maladies respiratoires. Elle l’a dit dans un entretien qu’elle a accordé à Guineematin.com ce mardi, 23 février 2021.

« Cette poussière que nous vivons actuellement à Conakry, a des conséquences énormes sur la santé. Ça peut entraîner divers symptômes à savoir : une irritation au niveau des yeux et une irritation au niveau de l’appareil respiratoire qui se traduit par une toux et une gêne respiratoire surtout majorée par les efforts physiques. D’autres impacts, c’est pour les personnes ayant des comorbidités (maladies respiratoires chroniques et maladies cardiovasculaire). À savoir : les patients asthmatiques, ceux qui ont une bronchite chronique obstructive, ceux qui ont un emphysème et les patients COVID-19.

 

Donc, ce moment que nous vivons peut entraîner des crises d’asthme, des exacerbations de ces pathologies respiratoires chroniques et une aggravation des tableaux cliniques des patients COVID-19. Elle peut aussi entraîner un état de décompensation chez les patients cardiaques. C’est vraiment compliqué pour les personnes d’âge extrême. Parce que ça peut entraîner des infections respiratoires aiguës pour les enfants dont l’âge est inférieur à 5 ans et chez les personnes âgées de plus de 65 ans », a-t-elle expliqué, ajoutant qu’une exposition plus longue « pourrait favoriser le cancer du poumon surtout chez les fumeurs ».

 

Pour limiter les effets indésirables de ces mauvaises contions météorologiques, cette médecin recommande le port de masques et la limitation des déplacements. « Le masque peut protéger la personne qui le porte mais aussi protéger son entourage. Donc, ça permettra de limiter l’inhalation de cette atmosphère polluée. Et aussi, il faut limiter les déplacements, donc rester à l’intérieur des maisons au maximum possible. Il faut également éviter de faire des exercices physiques à l’extérieur. Parce qu’en faisant des efforts physiques, on peut inhaler beaucoup plus de particules toxiques et surtout consulter un spécialiste en cas de majoration ou de persistance des symptômes », conseille Dr Oumou Hawa Diallo.

Mohamed DORÉ pour Guineematin.com

Tel: +224 622 07 93 59

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin