Pépé Francis HABA, président du parti UGDD

Comme annoncé précédemment, Mamadi Condé, alias Madic 100 frontière, a été condamné ce lundi, 8 février 2021, par tribunal de première instance de Dixinn. Ce militant engagé de l’UFDG a écopé de 5 ans d’emprisonnement et une amende de 100 millions de francs guinéens pour avoir fait des publications sur les réseaux sociaux dans lesquelles il s’est attaqué violemment au président Alpha Condé et son régime.

Cette décision suscite quelques réactions au sein de l’opposition guinéenne. Interrogé sur le sujet par un journaliste de Guineematin.com, le président de l’Union Guinéenne pour la Démocratie et le Développement (UGDD) a regretté une situation triste. Pépé Francis Haba estime que Madic 100 frontière a été condamné tout simplement à cause de sa proximité avec le principal opposant guinéen, Cellou Dalein Diallo.

« C’est avec tristesse et amertume que j’ai appris la condamnation de Mamadi Condé, tout comme les autres accusés d’ailleurs, qui malheureusement sont condamnés parce que tout simplement ils ont une voix discordante par rapport au pouvoir. Mamadi Condé paie sa proximité avec le président élu, Elhadj Mamadou Cellou Dalein Diallo. La haine du professeur Alpha Condé vis-à-vis du président Cellou Dalein Diallo est telle qu’il veut complètement le dépouiller.

Il suffit d’être proche de lui aujourd’hui pour que tu sois accusé de tous les noms d’oiseaux. La famille de Mamadi Condé, ses proches, avaient lancé un cri de cœur envers la justice guinéenne. Malheureusement, c’est dans cette situation que nous vivons. Péronne n’est plus en sécurité en Guinée, en tout cas tant que le professeur Alpha Condé est à la manette », a déclaré l’opposant guinéen.

Arrêté et placé en détention au lendemain de la présidentielle du 18 octobre 2020, Madic 100 frontière, un guinéo-canadien qui vivait au Canada avec son épouse et ses enfants, était poursuivi pour des faits de « téléchargement, diffusion de messages, photos, dessins de nature raciste ou xénophobe, menace, violences et injures par le biais d’un système informatique ».

Le procureur Sidy Souleymane N’Diaye avait requis 10 ans d’emprisonnement et une amende de 300 millions de francs guinéens contre lui. Mais, la présidente du tribunal de première instance de Dixinn, madame M’Balou Keïta, l’a condamné finalement à 5 ans d’emprisonnement et une amende de 100 millions. Ses avocats ont décidé de relever appel pour réclamer l’annulation de cette décision.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

 

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com