C’est une journée sans pain ce samedi, 06 février 2021, dans la commune urbaine de Télimélé. Et, pour cause, les boulangers de la ville sont en grève pour protester contre la hausse du prix de la farine. Ils assurent qu’il leur est aujourd’hui impossible de vendre le pain à trois (3) mille francs guinéens.

Selon des informations confiées au correspondant local de Guineematin.com, le prix du sac de 50 kilogrammes de farine a augmenté d’au moins 11% (soit 30 000 francs) sur le prix habituellement pratiqué à Télimélé. Mais, le prix du pain n’a pas suivi cette augmentation. La baguette est toujours vendue à 3 000 francs ; et, les boulangers ont du mal à s’en sortir.

Thierno Amadou Yero Barry, secrétaire administratif du syndicat des boulangers de Télimélé

« Avant, on achetait le sac de farine à 270 000 francs ; mais, maintenant, le sac se négocie entre 300 000 à 310 000 francs ; et, nous avons assez de dépenses dans le cadre de la production et de la vente du pain. Vu que les dépenses sont exorbitantes, nous avons trouvé que ce n’est pas possible de vendre le pain à 3 000 francs. Alors nous avons décidé de fermer nos fours pour la journée d’aujourd’hui et à 16 heures nous comptons nous réunir pour prendre des dispositions utiles » a expliqué Thierno Amadou Yero Barry, le secrétaire administratif du syndicat préfectoral des boulangers de Télimélé.

Face à cette situation qui impact directement la vie des consommateurs de sa ville, le maire de la commune urbaine de Télimélé ne compte pas croiser les bras.

Younoussa Goulgoul Diallo, maire de la commune urbaine de Télimélé

Joint au téléphone par Guineematin.com, Younoussa Goulgoul Diallo s’emploie déjà à trouver une solution concertée à ce problème. « Je suis informé de la situation ; et, j’ai déjà convoqué les commerçants et les boulangers pour discuter avec eux afin de décrisper la crise », a dit le maire de la ville.

En attendant, cette crise d’une journée a entraîné une altercation, ponctuée par des injures et des coups de poings au centre ville tôt le matin. L’incident a opposé une femme qui a déplacé une moto pour aller acheter du paix à Sogoroyah (sous-préfecture de Sarékaly) et un client qui n’a pas pardonné qu’on lui propose d’acheter une seule baguette de pain à sept mille francs (7 000 000 GNF)…

Télimélé, Ousmane Dieng pour Guineematin.com

Tél. : 655363665

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin