Une manifestation de femmes était en préparation contre la pénurie d’eau dans la ville de Kankan, mais les autorités locales ont réussi à l’éviter. Face au manque criard d’eau que connait les ménages pendant cette période saison sèche dans la commune urbaine de Kankan, les femmes de la ville étaient en concertation ces derniers jours pour battre le pavé et exiger le retour de l’eau au robinet.

Mais, le vent de ce projet de manifestation est très vite arrivé aux oreilles des autorités. Et celles-ci sont allées hier, mercredi 10 mars 2021, à la rencontre de la présidente des femmes pour demander surseoir à ce mouvement de protestation. Finalement, un compromis a été trouvé pour éviter le bras de fer, a appris le correspondant de Guineematin.com à Kankan.

Visiblement, après avoir vécu la triste expérience du « Mouvement citoyen pour l’électrification de la Haute Guinée l’année dernière, les autorités de Kankan ne veulent plus laisser les problèmes prendre de l’ampleur avant d’intervenir. Elles misent sur la prévention et privilégient la diplomatie pour régler les différends qui naissent dans leur juridiction géopolitique.

C’est dans ce cadre que le maire Mory Kolofon Diakité est allé à la rencontre des femmes pour les persuader à abandonner l’idée de manifestation qui commençait à germer dans leur tête. Et pour convaincre ces mères de familles de ne pas battre le pavé avec des « réclamations légitimes » en main, l’autorité communale les a transportées sur les sites de la SEG (société des eaux de Guinée) où des travaux sont en cours pour l’amélioration de la desserte en eau potable dans la ville de Kankan.

« On a entendu que les femmes voulaient manifester par rapport au manque d’eau dans les robinets. C’est la réalité, il faut qu’on se dise la vérité. Mais nous sommes venus vers elles, notamment chez Nafisatou, leur présidente. Notre devoir, c’est d’aller leur expliquer ce qui est en train d’être fait sur le terrain. On leur a bien expliqué, elles ont compris », a indiqué le maire Mory Kolofon Diakité.

C’est dans cette dynamique donc qu’une délégation composée des autorités et des responsables des femmes a visité les trois forages offerts par l’Etat à la ville de Kankan. Et pour Nafisatou Kaba, la présidente des femmes de la ville de Kankan, si elles n’avaient pas menacé de manifester, elles n’allaient jamais comprendre ce qui était en train d’être fait pour la desserte en eau. En termes clairs et pour paraphraser le président Alpha Condé, il a fallu mettre le feu dans le derrière de la tortue pour qu’elle sorte la tête.

« Si on ne s’était pas levé, on n’allait pas comprendre la situation. Nous n’allions pas sortir pour casser ou brûler, c’était pour réclamer de l’eau simplement. Mais, ce qu’on vient de voir, vraiment l’eau est sur le point de revenir. Nous avons constaté que ça travaille, ils ne nous ont rien caché », a dit Nafisatou Kaba, au terme de cette visite de terrain qui a eu lieu mercredi.

Selon le chef technique de la SEG à Kankan, Aboubacar Camara, les trois forages offerts récemment à Kankan par le président Alpha Condé sont déjà raccordés au réseau de distribution de la SEG. Mais, il faut faire « l’étude de l’eau » avant de les rendre opérationnels.

« Les forages sont déjà raccordés sur le réseau de la SEG. On peut donner l’eau maintenant ; mais, si on le fait sans passer par les règles, c’est-à-dire faire l’étude de l’eau, ce n’est pas bon. Si la SEG fait ça, c’est qu’elle est en train de tromper la population », a fait savoir Aboubacar Camara.

Autant dire que les femmes de Kankan vont devoir prendre leur mal en patience jusqu’à la fin des travaux.

De Kankan, Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Alpha Guineematin.com