Les jeunes de Tiro, commune rurale située à 40 kilomètres de la ville de Faranah, ne lâchent pas prise. Après avoir cadenassé les portes de la mairie pour empêcher les travailleurs d’accéder aux locaux, ils exigent la destitution de tout le conseil communal et son remplacement par une délégation spéciale. Ces jeunes jugent « opaque » la gestion des dirigeants de la collectivité et estiment que ces derniers ne répondent pas aux attentes de leurs mandants, a appris Guineematin.com à travers son correspondant basé à Faranah.

A la demande des jeunes de Tiro, qui disent ne pas comprendre comment sont gérées les recettes de leur mairie, le préfet de Faranah a déployé une mission dans cette collectivité, le jeudi 29 janvier. Le directeur des microréalisations, le directeur préfectoral du plan et un autre cadre de la préfecture, sont allés auditer la gestion des autorités communales, en présence de plusieurs citoyens de cette commune rurale. Et, ces travaux n’ont fait que renforcer la jeunesse de la localité dans son élan de contestation des dirigeants de la mairie. Les jeunes exigent le départ de l’ensemble des membres du conseil communal et la mise en place d’une délégation spéciale.

« L’audit a révélé que les recettes propres de la mairie pendant les deux ans et deux mois de gestion de l’actuelle équipe dirigeante se chiffrent à 216 899 400 francs guinéens. Selon le maire et son équipe, ils ont dépensé 122 437 400 francs guinéens. Ils disent que c’est leur dépense de fonctionnement. Alors que le code des collectivités  dit que les 60% des recettes doivent être alloués à l’investissement et les 40% au fonctionnement. Et, en ce qui concerne l’investissement, ils ont cité l’ouverture de certaines pistes rurales qui aurait été financée à hauteur de 8 200 000 francs.

Mais, la population a démenti cela, expliquant que les pistes rurales citées ont été réalisées par les districts avec la contribution de la population. Donc, nous avons compris qu’ils ont menti sur les dépenses, parce qu’il n’y a pas eu d’investissement. Et, la population n’est pas d’accord avec cette situation. En tant que patriotes, on ne peut pas accepter que des gens comme ça nous dirigent. C’est pourquoi, nous demandons aux autorités de destituer ce conseil communal et mettre en place une délégation spéciale à la tête de notre mairie », a déclaré Kabinet Kaba, un des leaders de la contestation.

En réponse à cette revendication, le préfet de Faranah appelle les jeunes de Tiro au calme et à la patience. Elhadj Ibrahima Kalil Keïta promet de se rendre lui-même sur le terrain avec une autre équipe pour voir plus clair dans la gestion des recettes de la collectivité. C’est seulement à l’issue de cette mission qu’une décision devrait être prise par rapport à la revendication des jeunes. En attendant, la mairie reste fermée et personne n’a accès aux locaux.

A suivre !

De Faranah, Bangoura Mamadouba pour Guineematin.com 

Tel : 00224 620241513/660272707

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin