Fodé Oussou Fofana, vice-président de l'UFDGDans un entretien téléphonique avec Guineematin.com, le président du groupe parlementaire des Libéraux-Démocrates dénonce le discours du président de l’Assemblée nationale. Pour Fodé Oussou Fofana, le groupe dont il a la charge de présider se « désolidarise complètement » de ce discours d’ouverture de la session budgétaire dont il n’accepte « ni la forme, ni le fond ».

« C’est un discours militant qui n’a rien à voir avec les prérogatives d’un président de l’Assemblée nationale », estime le le vice-président de l’UFDG, dénonçant surtout le fait que Claude Kory Kondiano ait défendu le « bilan économique du gouvernement ». À bien entendre Fodé Oussou Fofana, on peut se demander, après ce discours, ce que dira alors le ministre des Finances, à son passage à l’hémicycle…

Mais, qu’est ce que le président de l’Assemblée nationale aurait-il dû dire alors ?

« Il avait une occasion en or de tenir un discours rassembleur, un discours qui aurait mobilisé les Guinéens sur la lutte contre Ebola. Au lieu de prôner l’unité et interpeller  le gouvernement sur ce qui s’est passé à Womey, il parle de mains invisibles… », dénonce le président du groupe parlementaire des Libéraux-Démocrates.

Deux poids deux mesures entre les victimes de la BADAM et les victimes de pillage

Parmi les sollicitations très remarquées de Claude Kory Kondiano, le président de l’Assemblée nationale a demandé que les victimes de la BADAM soient dédommagés. Si Dr. Fodé Oussou Fofana également souhaite que ces compatriotes victimes de cadres véreux entre en possession de leur argent déposé à cette banque tombée très vite en faillite, mais l’opposant ne souhaite surtout pas qu’on oublie les opérateurs économiques et autres commerçants qui ont été victimes de pillages lors des mouvements politiques dont certains ont tout perdu ou presque.
Pour le vice-président de l’UFDG, l’Etat doit être juste et équitable entre tous les citoyens en résolvant tous les problèmes qui assaillent nos compatriotes.

Enfin, Fodé Oussou Fofana a vigoureusement condamné les félicitations du président de l’Assemblée à la sécurité, alors que les crimes se poursuivent sans que les auteurs ne soient identifiés et arrêtés. « Alors que nous venons d’enterrer le président de la section motard de l’UFDG qui a été assassiné par balles ; alors que plusieurs compatriotes sont assassinés depuis des années comme madame Boiro et autres sans qu’on sache rien des auteurs. Ce n’est pas à ce moment là qu’on doit féliciter la sécurité », dit l’opposant, relevant que les « Guinéens sont, au contraire, en insécurité actuellement ».

Entretien réalisé par Nouhou Baldé

Facebook Comments