Jean Marc Telliano, président du parti RDIGEbola comme arme de « guerre politique » ? Peut-on vouloir « exterminer » une population avec Ebola, tout simplement parce que celle-ci s’est opposée à vous ? Les « voleurs » de la fameuse glacière contenant des échantillons des personnes suspectées d’Ebola ont-ils des visées outre que délictuelles ?

Ce sont entre autres questions qui se posent à écouter en écoutant une interrogation du député de l’opposant Jean Marc Telliano qui a voulu commenter ce vol de glacière d’échantillons d’Ebola, en tant que « leader d’opinion » ce mardi 25 novembre 2014, lors de la conférence de presse de l’opposition républicaine, à la maison de la presse, à Coléah.

Révélé, il y a onze jours, par Guineematin.com dans un de ses articles du lundi 17 novembre 2014 (cf : http://guineematin.com/?p=6700), le vol d’une glacière contenant des échantillons prélevés sur des patients soupçonnés d’Ebola sur la route Kissidougou-Kankan, cette affaire fait actuellement le tour du monde et est très commentée par  les médias internationaux.

Egalement, en Guinée, l’opinion s’interrogent de plus en plus sur la gestion d’Ebola de la coordination qui se permet de « mélanger » des échantillons d’Ebola aux bagages de personnes dans le transport en commun, alors que des moyens colossaux sont alloués à la lutte contre cette grave épidémie… Mais, personne ne pensait à une visée autrement criminelle des « voleurs » qui auront braqué ses voyageurs…

C’est à l’occasion de la conférence de presse de ce mardi 25 novembre que le résident du parti RDIG, le député Jean Marc Telliano- ancien ministre de l’Agriculture du premier gouvernement Alpha Condé, devenu opposant après son limogeage- a commenté cette affaire « en tant que leader d’opinion », en se posant cette question que personne n’avait imaginé avant lui ! Pour Jean Marc Telliano, il faut se demander « s’ils ne veulent pas les (ndlr : échantillons d’Ebola) amener dans les zones qui ne leur sont pas favorables »…

Guineematin.com reviendra sur ce point qui pourrait être l’un des plus commentés de la conférence de presse que l’opposition vient de boucler à la maison de la presse, à Coléah.

 

Commentaires