Quatre jeunes interpellés lors de la manifestation contre un troisième mandat pour le président Alpha Condé, appelée par le FNDC le lundi, 13 janvier 2020, ont été jugés ce lundi, 20 janvier par le tribunal de première instance de la ville. A l’issue des débats, la juridiction a condamné deux d’entre eux et relaxé les deux autres, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Mohamed Doumbouya, Issiaga Barry, Paul Christophe Duolamou et Guei Steven Gamy, étaient poursuivis pour « participation délictueuse à un attroupement et trouble à l’ordre public ». Se succédant à la barre, les quatre jeunes, dont l’âge varie entre 18 et 20 ans, ont nié les faits qui leur sont reprochés, clamant leur innocence.

Mais, le procureur a assuré que les prévenus sont effectivement coupables des faits qui leur sont reprochés. Il a rappelé qu’ils ont été interpellés par des agents des forces de l’ordre alors qu’ils manifestaient dans la rue à l’appel du Front National pour la Défense de la Constitution. Une manifestation qui visait à s’opposer à un éventuel troisième mandat pour le président Alpha Condé et qui était interdite par les autorités.

« Comme, ils sont des délinquants primaires, c’est-à-dire c’est leur première fois de comparaître par devant un tribunal, je vous demande de les retenir dans les liens de la culpabilité et de les condamner à un an d’emprisonnement assorti de sursis et au paiement d’une amende de 500 000 francs guinéens chacun », a requis Sidiki Kanté.

Après le délibéré, le juge Ibrahima Daman a condamné Mohamed Doumbouya et Issiaga Barry à 4 mois d’emprisonnement assorti de sursis et au payement d’une amende de 500 000 francs chacun. Il a relaxé Paul Christophe Duolamou et Guei Steven Gamy pour délit non constitué.

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tél : +224620166816/666890877

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin