image d’archive

Boubacar Bah, alias Jordan, chauffeur de profession, est accusé de viol et de séquestration d’une mineure de 14 ans. Son procès s’est ouvert hier, lundi 27 janvier 2020, au tribunal criminel de Dixinn. A la barre, l’accusé reconnait les faits de viol qui se sont produits en juin 2017, mais nie toute séquestration de la victime, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Les faits pour lesquels Boubacar Bah est jugé se sont produits au mois de juin 2017, au quartier Foulamadina, dans la commune de Ratoma. Selon nos informations, Jordan aurait trouvé sa victime au marché du quartier alors qu’elle semblait s’être perdue. Le jeune homme aurait proposé de l’héberger jusqu’au petit matin chez un de ses petits, qui est coaccusé dans cette affaire. Ensuite, la jeune fille aurait été séquestrée et violée pendant neuf jours. Après des enquêtes rondement menées par les services de sécurité, Boubacar Bah est mis aux arrêts et placé sous mandat le 1er août 2017.

A la barre du tribunal de Dixinn, l’accusé dit avoir eu des relations sexuelles avec la victime, sans violence ni contrainte. Par contre, il rejette en bloc les accusations de séquestration portées contre lui. « J’ai trouvé la fille assise au marché de Foulamadina à 23 h. Quand je l’ai abordée, elle m’a fait savoir qu’elle était venue chez ses parents, mais qu’elle elle n’arrivait pas à retrouver les lieux. C’est ainsi que je lui ai proposé de venir passer la nuit chez mon petit. Nous sommes allés dans la chambre de mon petit Souleymane. Avec son consentement, j’ai entretenue des relations sexuelles avec elle. Elle n’a pas résisté et elle n’a pas crié. Elle était consentante » a-t-il expliqué.

Poursuivant sa narration, Jordan a expliqué qu’après l’acte, il a laissé la fille dans la chambre avec Souleymane tout en lui donnant le consigne de la laisser rentrée chez elle le matin. « J’ai dis à Souleymane de laisser la fille rentrer chez elle le matin. Il a refusé que la fille rentre chez elle. Comme je n’ai pas eu le temps de revenir le lendemain, j’ai demandé mon petit Souleymane s’il a libéré la fille. Il m’a dit oui, la fille est déjà rentrée. Je ne savais pas qu’elle était séquestrée tout ce temps par Souleymane et je n’ai fais aucune manœuvre pour séquestrer cette fille » s’est-il défendu avant de demander pardon au tribunal.

Devant l’absence de la victime et de ses représentants pour le débat contradictoire, le greffier a procédé à la lecture de l’ordonnance de renvoi. « Boubacar Bah, dit Jordan, a déshabillé avec force la fille mineure avant de la pénétrer sexuellement avec violence et contrainte. Après cet acte, elle a été séquestrée pendant 9 jours par Boubacar Bah et son petit, Souleymane, qui est en fuite… »

Le tribunal a renvoyé le dossier au 3 février 2020 pour les plaidoiries et réquisitions.

Saidou Hady Diallo pour Guineemamatin.com

Tel: 620 589 527/654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin