La légère diminution du prix du carburant à la pompe, annoncée par le gouvernement guinéen la nuit d’hier, mardi 31 mars 2020, n’est pas du tout appréciée par les populations de N’Zérékoré. La décision de baisser le prix du litre de 10 000 à 9 000 GNF est mal perçue aussi bien à la gare routière ONAH que chez le syndicat des conducteurs de mototaxis. Nombre d’usagers de la route dans la commune urbaine s’attendaient à une baisse de près de 50% par rapport à l’ancien prix, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

La réduction du prix du litre du carburant à la pompe était sur toutes les lèvres ces derniers temps en Guinée, d’autant plus que le coronavirus a provoqué une chute vertigineuse du prix du baril de pétrole de par le monde. A N’zérékoré, les transporteurs pensaient pouvoir sortir de la galère ambiante avec un geste du gouvernement. La déception se lit sur les visages ce mercredi dans la capitale de la Guinée forestière avec cette hausse insignifiante.

C’est le cas de Sidiki Diabaté, chef de ligne Kissidougou-Guéckédou à la gare ONAH. « On demande au gouvernement de baisser un peu. Le transport est très élevé. D’ici à Kissidougou, on ne prend que 6 passagers en lieu et place des 9 personnes habituelles. On partage le prix des 3 autres sur les 6 passagers. Ça fait 180 000 GNF par personne. Nous demandons au professeur Alpha Condé de penser à nous les pauvres.»

Pour Sidiki Diabaté, les autorités peuvent encore baisser le prix du litre pour permettre aux populations de s’en sortir dans une conjoncture de plus en plus compliqué. « Ce qui peut nous arranger, c’est de revendre le litre du carburant à 6 000 ou 7 000 francs guinéens. Si tu prends 3 personnes, et tu prends le carburant à 9 000 francs le litre, tu ne vas rien gagner. Ils n’ont qu’à diminuer le carburant jusqu’à 7000FG. C’est ça qui peut au moins nous soulager.»

Abondant dans le même sens, un citoyen de Zaly se dit déçu de la décision du gouvernement qui, selon lui, n’est pas à l’écoute du peuple. « Réduire seulement à 1 000 GNF, c’est étonnant. Moi, je pensais qu’on allait diminuer à 3000 ou 5000 GNF. Ça, ce n’est pas un gouvernement qui est auprès de son peuple. Il n’est pas à l’écoute du peuple. La situation du pays va à l’envers aujourd’hui. On prie l’Etat de revoir notre situation sur le Covid-19. Ça va nous aider un peu. »

De N’Zérékoré, Foromo Gbouo Lamah pour Guineematin.com

Tel : +224620166816/666890877

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin