Fleury Transit Company, c’est le nom d’une société fictive qui se serait fait passer pour une compagnie de voyage pour arnaquer près d’une centaine de jeunes à Conakry. La société dont le siège était à Kipé Dadya, dans la commune de Ratoma, a extorqué des montants colossaux à ces jeunes pour la plupart des étudiants, en promettant de les faire voyager au Canada et en Australie où ils pourraient poursuivre leurs études et travailler. C’est hier, lundi 1er juin 2020, que les victimes ont su qu’elles avaient à faire réseau d’arnaque, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

C’est à travers une plateforme créée sur Facebook en début d’année, que Fleury Transit Company serait rentrée en contact avec ses victimes. Elle aurait demandé à chacun des jeunes de verser un montant représentant les frais de dossier, leur promettant de préfinancer le reste jusqu’à leur voyage. Chaque candidat devait signer un contrat à travers lequel il s’engage à rembourser, une fois qu’il commencera à travailler, les frais que la société allait engager pour le faire voyager et l’aider à commencer ses études dans son pays de résidence. Malheureusement, ce n’était que de la poudre de perlimpinpin, constate aujourd’hui Abdourahmane Diallo, l’une des victimes.

Abdourahmane Diallo, un jeune universitaire victime d’arnaque de la société Fleury Transit Company

« Comme beaucoup d’autres jeunes que vous voyez ici, j’ai été victime d’une arnaque de voyage de la part de Fleury Transit Company. C’est sur Facebook que j’ai vu leur affiche comme quoi, ils font voyager les gens. C’est ainsi que je me suis inscris sur leur plateforme, je les ai appelés et je suis venu à leur siège ici. Je leur ai demandé s’ils ont un agrément qui certifie qu’ils sont reconnus par l’Etat. Ils m’ont sortie tous les documents : l’agrément, plus le registre du commerce, le code NIF, etc. J’ai demandé ensuite les conditions d’inscription et de voyage. Ils m’ont montré un contrat, j’ai signé et ils ont signé. Chacun de nous a gardé une copie. J’ai fait ensuite un premier versement de 500 000 francs le 6 mars dernier 2020.

Mais, il y a des gens parmi nous qui ont payé des sommes allant de 20 à 30 millions de francs guinéens. Aujourd’hui, ils ont publié sur leur page Facebook qu’ils ont 9 visas qui sont déjà prêts. Mais que la remise n’aura pas lieu parce que leur représentant qui se trouve au Sénégal, par la fermeture des frontières, n’a pas pu être là et que la remise n’aura pas lieu. C’est ainsi qu’on s’est écrit entre amis. On s’est donné tous rendez-vous ici ce matin et on a trouvé qu’ils ne sont plus là. Nous avons demandé au propriétaire de l’immeuble, on nous a dit qu’il y a une semaine environ que leur bureau est fermé », a témoigné ce jeune homme.

Bangaly Diané, étudiant en Licence 2 Sociologie à l’Université Roi Mohamed XI victime de Fleury Transit Company

Tout comme Abdourahmane Diallo, Bangaly Diané, étudiant en Licence 2 Sociologie à l’Université Roi Mohamed II, est aussi victime de cette société. « Je suis là pour un grand problème. C’est une agence du nom de Fleury Transit Company qui nous a fait rêver en disant qu’elle avait besoin de gens pour aller au Canada pour travailler pendant 8 mois et tu leur rembourses ce qu’ils ont dépensé pour te faire voyager. Mais au finish, nous nous sommes rendu compte que ce n’était que du mensonge, de l’arnaque pure et dure. Ils avaient programmé des gens pour venir récupérer leur Visa.

Mais dans une autre publication, ils ont dit qu’on ne saurait avoir nos visas suite à la fermeture des frontières pour cause de Coronavirus. Qu’ils allaient repousser la remise des Visas qui était prévue pour aujourd’hui. Comme on avait suspecté déjà l’entreprise, on a jugé nécessaire de contacter tout le monde pour être là. Moi personnellement, j’ai dépensé en plus des 500 000 francs et d’autres montants notamment pour les passeports et les quatre photos. Malheureusement, c’était des arnaqueurs. Nous demandons aux autorités de nous venir en aide en arrêtant ces bandits, sinon ils iront faire cela à d’autres Guinéens encore », a-t-il lancé.

Sakovogui Jean Labilé, étudiant en Licence 3 à l’université de Sonfonia, victime de Fleury Transit Company

Sakovogui Jean Labilé, étudiant en Licence 3 à l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia, est lui aussi victime de cette société. Il dit avoir payé un montant de 1 500 000 francs pensant que Fleury Transit Company allait le faire voyager au Canada. « Nous sommes là pour un problème de voyage. Fleury Transit Company m’a demandé un montant de 1 500 000 francs et qu’en retour elle allait me faire voyager pour le Canada ou l’Australie. Mais moi j’ai choisi le Canada pour aller poursuivre mes études. On nous a donné rendez-vous aujourd’hui, mais nous avons trouvé qu’ils ne sont plus ici. Ils ont fui avec notre argent. On n’a plus d’argent et nous n’avons pas été au Canada », se désole-t-il.

Fatimatou Bah, agent immobilière victime de Fleury Transit Company

Désolation et déception, c’est également ce qui anime Fatimatou Bah, agent immobilière qui a logé Fleury Transit Company. Selon elle, la société est partie sans payer les frais de loyer du local qu’elle occupait. « Lorsque nous avons mis ces bureaux à leur disposition, nous ne savions pas que c’était des arnaqueurs. Comme tous les autres locataires, lorsqu’ils sont venus demander un box au mois de février, nous leur avons demandé quelle activité ils exercent, ils nous ont dit qu’ils évoluent dans le transit. C’est après que nous appris que c’était plutôt une agence de voyage, et puis après des arnaqueurs. Nous-mêmes nous sommes victimes parce qu’ils ont fui avec nos frais de location d’un mois qui correspond à 2 000 000 de francs », a-t-elle fait savoir.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin