Chérif Mohamed Abdallah

A l’occasion de l’oraison funèbre de Williams Sassine (NDLR : écrivain guinéen, 1944-1997) est un écrivain guinéen francophone), un ministre de l’actuel gouvernement avait dit « le 1er président de la Guinée avait tué le peuple. Le deuxième lui tue le pays ». Il est temps qu’il note aussi que contrairement à ces derniers, Alpha tue et le peuple, et le pays

Pire, le pays est dirigé par quelqu’un qui ne connait pas le sens de la parole donnée. Pour preuve, Il avait dit qu’il ne briguera pas un 3ème mandat. Ce serait trahir ce pourquoi il s’est battu pendant près de 40 ans. Il avait dit que la Guinée est un véhicule qui a besoin de ses quatre roues. Aujourd’hui il ne roule qu’avec une roue. Il avait dit qu’il sera le président de tous les guinéens, ceux qui l’ont voté, comme ceux qui ont voté contre lui. Depuis 10 ans, il n’a été que le président du RPG-arc en ciel.

Il dirige le pays avec ses contrastes : il tue les guinéens sans remord, et s’indigne de l’assassinat d’un noir aux Etats unis. Il décrète l’état d’urgence sanitaire alors qu’il n’y avait pas des cas déclarés positifs à l’intérieur du pays et décide de lever la mesure au moment où plusieurs préfectures ont enregistrés des cas. Comme s’il se disait que : « COVID 19 est une opportunité et providence pour éliminer mon peuple, plus besoin de balles COVID va s’en charger ».

Alpha Condé ne se prend-il pas pour un roi ? Car seul un monarque lègue son pouvoir : « je ne laisserai pas ce pays entre les mains des bandits ». Comme pour dire que c’est lui, et non le peuple, qui installera son successeur.
C’est plus qu’une insulte au vaillant peuple guinéen qui a cru réellement qu’on est entré dans l’ère de la démocratie de manière irréversible.

Quelle désillusion ? La nouvelle constitution, l’assemblée nationale issue du parti unique (parti-Etat, RPG), la modification de la constitution au moment de sa publication témoignent de la moindre considération du peuple Guinéen, voire de son camp qui a voté cette constitution.

En pareille circonstance, la CEDEAO et l’Union Africaine ont eu à intervenir dans certains pays comme la Gambie et la Guinée Bissau. Pourquoi pas chez nous ?

C’est pourquoi, le GOHA interpelle toute la communauté internationale en général, la CEDEAO et l’Union Africaine en particulier à prêter une attention à la situation de la guinée, qui ne cesse de se dégrader.

Le GOHA invite tout guinéen soucieux du sort de notre pays de s’impliquer réellement dans la lutte pour le départ du pouvoir de celui qui ne fait qu’enfoncer le pays dans la misère, alors que ses proches s’enrichissent avec arrogance et en toute impunité sur le dos du peuple.

Enfin, le GOHA affirme sa conviction sur le fait que la nouvelle assemblée n’en est pas une par manque de légitimité et que la soi-disant constitution est une expression des fanatiques de Mr Alpha Codé et non du peuple guinéen.
Tenons bon, la victoire consacrant le départ de monsieur Alpha Condé n’est qu’une question de temps. Ensemble nous vaincrons.

Le 05 Juin 2020

Le Président du GOHA

Chérif Mohamed Abdallah

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin