A.S, une jeune fille de 12 ans, a échappé de justesse à un viol dans la journée du dimanche, 28 juin 2020. L’acte s’est passé à Gombonyah, une localité relevant de la commune rurale de Manéyah, dans la préfecture de Coyah. Un jeune homme de 23 ans a tenté d’abuser sexuellement de la petite, mais celle-ci a réussi à lui échapper, a appris Guineematin.com à travers un de ses journalistes.

A.S est vendeuse de cacahuètes. Chaque jour, elle porte un plateau et sillonne les districts voisins de Gombonyah et Bentourayah pour écouler ses arachides. C’est ainsi qu’elle a rencontré Elie Bamba, 23 ans, qui a utilisé une ruse pour tenter de la violer. Le jeune homme a commandé une quantité d’arachide d’une valeur 1000 francs guinéens et a tendu un billet de 20 000 francs à la vendeuse. Celle-ci lui a fait comprendre qu’elle n’a pas de monnaie. C’est ainsi que le jeune propose à la petite de partir avec lui à son domicile pour qu’il puisse acheter une grande quantité d’arachide pour sa femme qui, dit-il, venait d’accoucher. A.S accepte la proposition et suit Elie Bamba jusqu’à chez lui. Mais une fois sur les lieux, elle a compris qu’elle est tombée dans un piège.

« Quand on est arrivés chez lui, il a pris mon plateau pour rentrer avec dans sa chambre. Il était 18 heures et quelques. Je lui ai dit de me donner mes arachides, il a dit que si je ne rentrais pas dans sa chambre, je n’aurais pas mes arachides. Dès que j’ai franchi la porte de sa chambre, il a rabattu la porte et a voulu se jeter sur moi. C’est ainsi que je l’ai repoussé de force et j’ai pris son téléphone pour le cogner sur le visage. Avant qu’il ne s’en remettre, j’avais déjà ouvert la porte pour m’enfuir. Il est sorti aussi pour me poursuivre. Il était presque 19 heures. J’ai rencontré un vieil homme en cours de route, je lui ai expliqué la situation, mais il m’a dit qu’il ne peut rien faire pour moi et que je devais aller voir mes parents. C’est ainsi que je suis allée voir mes parents pour leur raconter ce qui s’est passé », témoigne la petite.

Après les explications de la fille, son père et certains de ses proches sont allés interpeller le jeune homme pour le mettre à la disposition des services de sécurité. « A 19 heures, ma fille est venue apeurée à la maison. Lorsqu’elle nous a expliqué sa mésaventure, mon voisin direct, ma femme et la femme de mon grand frère qui est policière, nous nous sommes rendus au domicile de l’agresseur. Et on a effectivement trouvé le jeune en culotte dans une chambre qui se trouve à Gombonyah, derrière les rails. Je lui ai dit de s’habiller d’abord, il l’a fait. Je lui ai demandé s’il connait ma fille, il a dit oui, et il a expliqué comment il a réussi à l’emmener chez lui. On l’a fait sortir de chez lui pour l’emmener chez les agents de sécurité. Et en cours de route, on a rencontré un vieux qui nous a dit que ce même jeune a tenté de violer ses deux filles », souligne le père de famille.

Mais, même s’il a réussi à mettre main sur le jeune, notre interlocuteur n’est pas sûr que ce dernier sera sanctionné. Car, les agents de la brigade mixte de Gombonyah où il a conduit Elie Bamba lui exigent de payer de l’argent pour qu’ils puissent s’occuper du dossier. « Le dimanche, l’agresseur de ma fille a passé la nuit au violon. Le lendemain, les agents de sécurité m’ont demandé de payer 500 000 francs pour leurs frais de carburant. Je leur ai dit que je suis une victime et que si de l’argent doit leur être versé, c’est plutôt Elie Bamba qui doit payer. Après des tractations, mes proches ont souhaité que je laisse tomber l’affaire, car selon eux, ma fille n’avait pas été touchée. (…) Moi, je souhaite poursuivre l’affaire en justice, mais je n’ai pas de moyens. Donc, si aujourd’hui j’ai une assistance quelconque, je compte poursuivre l’affaire », a indiqué le père de la victime.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin