A l’instar de leurs coreligionnaires des autres villes du pays, les fidèles musulmans de Boké ont célébré la fête de Tabaski ce vendredi, 31 juillet 2020. Exceptionnellement autorisée, la prière marquant cette plus grande fête musulmane a connu une forte mobilisation. Les citoyens ont rallié les mosquées et autres lieux de prière pour s’acquitter de ce devoir religieux dans la joie et la ferveur, rapporte le correspondant de Guineematin.com sur place.

A la mosquée Al Khaïrat du quartier Gorèye, c’est le premier imam, Elhadj Muhammad Akhlass Bah, qui a dirigé cette prière. Dans son sermon, il a parlé notamment de l’importance de cette fête marquant la fin du pèlerinage musulman et les comportements à adopter à cette occasion.

Elhadj Mamadou Akhlass Bah, premier Imam de la mosquée AL Khaïrat

« Aujourd’hui est un grand jour chez Dieu. Et l’acte d’adoration le plus aimé chez Dieu en ce jour de fête, c’est l’immolation. Mais aussi, tout le monde doit être généreux, lire le coran, invoquer Dieu et éviter de commettre des pêchés. Que chacun aime son prochain, c’est ainsi que nous serons aimés chez Dieu et c’est comme ça que nous allons développer notre pays », a exhorté le leader religieux.

Tidjane Soumah, Directeur de cabinet du Gouvernorat de Boké

A la mosquée de Solèya, c’est le directeur de cabinet du gouvernorat de Boké qui était à la tête de la délégation officielle. Après la prière, Tidiane Soumah a exprimé ses sentiments. « Ce sont des sentiments de joie qui m’animent. Je suis heureux d’avoir accompli cette obligation religieuse. Nous avons prié, nous avons fait des bénédictions pour la paix, la prospérité et la stabilité du pays, mais surtout que Dieu nous aide à ce que cette pandémie de COVID-19 puisse disparaître à jamais dans notre pays », a dit ce cadre du gouvernement de Boké.

Il faut noter toutefois que les mesures barrières permettant d’empêcher la propagation du coronavirus n’ont pas été respectées à l’occasion de cette prière regroupant du grand monde. Des kits de lavage des mains étaient installés à certains endroits, mais le lavage systématique des mains, la distanciation sociale et le port de masque n’étaient pas de mise.

De Boké, Abdourahmane N’Diaré Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628-98-49-38

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin