Le doute est désormais levé. Le centre d’examen de la préfecture de Koubia au BEPC de cette année n’a pas été annulé. A la demande du préfet de Koubia, il a été procédé ce mercredi, 16 septembre 2020, à une vérification des copies corrigées des candidats. Ce qui a permis aux autorités de s’assurer que sur les 191 candidats présentés par la préfecture, aucun n’a obtenu la moyenne requise pour passer au lycée, a appris Guineematin.com à travers son correspondant basé à Labé.

Comme prévu, la commission mise en place par le préfet de Koubia, comprenant la première autorité préfectorale, le maire de la commune urbaine, l’APEAE, la société civile et certains élèves concernés, s’est rendue ce mercredi dans les locaux de l’inspection régionale de l’éducation de Labé. Après avoir vérifié toutes les copies corrigées des candidats de la préfecture, elle a constaté effectivement qu’aucun d’entre eux n’a réussi à avoir la moyenne nécessaire pour décrocher le brevet d’études du premier cycle.

Mamadou Saïdou Bangaya Diallo, préfet de Koubia

 « Nous avons commencé par les copies des deux candidats avec lesquels nous sommes venus. On a vérifié toutes les matières dans lesquelles ils ont eu compétir. Et, on s’est rendu compte que le centre de Koubia n’a pas été écarté dans cette compétition puisque toutes les copies ont été corrigées, mais les notes obtenues laissent à désirer. Si je prends par exemple les Mathématiques, nous avons constaté que presque tous les candidats n’ont eu que 02 sur 20 ; en Physique et Chimie aussi, la majeure partie des candidats ont eu 02.

Sur les 191 candidats, au minimum les 100 ont eu 02 dans ces trois matières. Ils n’ont pas pu s’en sortir également en Dictée-Question. Dans certaines matières, il y a des candidats qui ont eu 15 ou 16 sur 20, mais ils se retrouvent avec 02 dans d’autres matières. Après cette vérification, nous avons pu nous rendre compte que Koubia n’a pas exclu, mais c’est la formation qui a manqué aux élèves », a annoncé Mamadou Saïdou Bangaya Diallo, le préfet de Koubia, à l’issue des travaux.

De son côté, l’inspecteur régional de l’éducation de Labé, a expliqué cet échec inédit à Koubia par le manque d’enseignants titulaires dans la préfecture, et le faible niveau du personnel existant.  « C’est l’occasion pour moi de dire merci à l’APEAE. Car grâce à elle que les écoles ont fonctionné, et le déficit d’enseignants a été géré. Si vous prenez le nombre de contractuels communautaires (les enseignants payés par les communautés), c’est supérieur au nombre de contractuels d’enseignants titulaires. Donc, si ce n’était pas l’APEAE, les écoles n’allaient pas fonctionner.

Mais, l’APEAE ne peut pas savoir quel est niveau des enseignants qui évoluent dans leurs communautés. Et puis, même les enseignants titulaires ont des problèmes. En ce qui concerne le niveau des élèves, c’est vraiment disparate d’une matière à une autre. Nous voyons qu’en Mathématiques, aucun candidat n’a eu la moyenne à Koubia. La plus haute note d’ailleurs c’est 05. Dans certaines matières, la plus haute note c’est 16. Mais il ne sert en rien d’avoir 16 dans une matière et avoir 02, 05 dans les autres. C’est pourquoi, je dis que les enseignants ont leur part dans cet échec », a dit monsieur Bato Donzo.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin